Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Luko crée une assurance pour la maison grâce à l'imagerie satellite

Le 18 juin 2019, la néo assurance habitation Luko a annoncé une nouvelle offre pour assurer les maisons grâce à la reconnaissance d'images satellite, en partenariat avec Munich Re. Explications.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Luko crée une assurance pour la maison grâce à l'imagerie satellite
Luko crée une assurance pour la maison grâce à l'imagerie satellite

Il y a tout juste un an, Luko lançait une assurance 100% digitale pour les appartements avec l'aide des objets connectés et de l'intelligence artificielle. Désormais, une nouvelle étape est franchie par la néo-assurance qui a dévoilé le 18 juin 2019 une offre pour la maison en partenariat avec Munich Re.

 

Evaluer l'environnement extérieur est autrement plus compliqué que pour un espace fermé. Cela nécessite de récolter des informations de façon plus large. Or, "pour souscrire à une assurance pour la maison, il faut remplir des formulaires avec beaucoup de questions, parfois trop, qui ne sont pas toutes utiles. Cela fait perdre du temps et ajoute de l'incompréhension à la souscription d'assurance, qui reste un sujet compliqué pour de nombreuses personnes", a expliqué Marion Beaufrère, responsable produit chez Luko. Face à ce constat, Luko ne propose pas un nouveau type d'objets connectés, mais prend de la hauteur afin d'assurer les maisons grâce à l'imagerie satellite.

 

QUELQUES QUESTIONS SUFFISENT

Deux minutes, c'est le temps moyen revendiqué par Luko pour assurer un logement grâce à cette méthode. Le souscripteur doit juste entrer une adresse. Une image, correspondant à la zone géographique renseignée, est extraite. Il est alors possible de sélectionner les parcelles que l'on souhaite assurer. Les algorithmes repèrent directement la surface d'un toit, les dépendances et les piscines. Et pour plus de précisions, le souscripteur est amené à répondre à quelques questions relatives aux mesures ou au nombre de pièces.

 

"Pour cette solution, nous avons dû repartir de zéro, afin d'être plus simple et rapide, tout en posant quatre fois moins de questions. L'analyse de ces images nous permet de savoir rapidement quel est le risque lié à l’environnement, par exemple les zones inondables, mais aussi les risques technologiques, ou ceux liés aux vols", précise Marion Beaufrère. En croisant les données à proximité, la start-up est en mesure de savoir si il y a des usines, des chantiers et le risque associé, puis d'afficher ces indicateurs en donnant une explication.

 

la hauteur permet une meilleur analyse

Le développement de cette nouvelle technologie, qui a demandé un an de recherche, est réalisé en interne par les équipes data scientist de Luko. Les images proviennent des bases Google Maps ou IGN (Institut national de l'information géographique et forestière). Une fois que l'adresse précise est entrée, des algorithmes analysent les images afin de les croiser avec d'autres données open source, provenant de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, des Bases Géorisques, ou de l'Institut Grandeur Nature par exemple.

 

Cette solution en est encore à ses débuts et la start-up a pour volonté de poursuivre son amélioration. "Cela permet une détermination plus fine des risques. Par la suite, nous souhaitons déterminer par drone ou par avion la présence d'arbres afin d'évaluer automatiquement les risques d'incendie ou les dégâts après un sinistre", précise Raphaël Vullierme, CEO et cofondateur de Luko.

 

65% des FRANÇAIS vivent dans une maison

La start-up compte près de 10 000 clients, mais uniquement  dans le cadre d'assurance d'appartements. Elle espère bien tirer parti du marché des maisons. "65% des Français vivent dans une maison", avance Raphaël Vullierme. Cela lui permettrait de poursuivre sa croissance et d'élargir son équipe, pour le moment constituée de 25 collaborateurs. Luko souhaite également se développer en Europe d'ici 2020. Par ailleurs, à l'occasion de ce lancement, Stefan Klestil de speedInvest a rejoint le board de la start-up. Il est également l'un des premiers investisseurs de N26 et Wefox, deux fintech et insurtech européennes prometteuses.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale