Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Lululemon rachète la start-up américaine Mirror, spécialisée dans le sport virtuel

La société canadienne Lululemon, spécialisée dans les équipements sportifs, s’offre pour 500 millions de dollars la start-up américaine Mirror, qui a mis au point des écrans interactifs dédiés à la pratique de sport à domicile.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Lululemon rachète la start-up américaine Mirror, spécialisée dans le sport virtuel
Lululemon rachète la start-up américaine Mirror, spécialisée dans le sport virtuel © Mirror

Lululemon a annoncé lundi 29 juin avoir signé un accord pour l’acquisition de la start-up américaine Mirror pour 500 millions de dollars. La société conservera son autonomie et sa dirigeante, Brynn Putnam, selon le communiqué. Les deux partenaires se connaissent bien, la société canadienne spécialisée dans les équipements sportifs de pointe ayant investi 34 millions de dollars en 2019 dans le cadre d'une levée de fonds.

Lululemon est un acteur reconnu dans le monde du sport et plus particulièrement dans les textiles dits techniques. La société, créée en 1998 à Vancouver par Chip Wilson, s’est d’abord positionnée sur les vêtements liés à la pratique du yoga. L’enseigne exploite aujourd’hui 500 magasins qui vont permettre à Mirror d’avoir pignon sur rue sans investir dans un réseau en propre.

Un miroir connecté devenu viral
De son côté, Mirror est une société technologique créée en 2019. Sa fondatrice, Brynn Putnam, une ancienne ballerine, a lancé en 2018 un produit qui prend la forme d’un vrai miroir, de 55 cm de haut sur 130 cm de long et profond de 3,5 cm. Ce miroir connecté permet de suivre un cours de sport virtuel en compagnie d’un coach.

Si la référence est commercialisée au prix de 1 495 dollars, le modèle économique de la start-up repose sur une formule par abonnement mensuel, autour de 40 dollars, qui permet aux utilisateurs d’accéder à des cours diffusés en direct, individuels ou non, et à des conseils personnalisés. Lorsqu'il n'est pas utilisé, l'appareil redevient un miroir, ce qui séduit notamment les habitants d'appartement qui n'ont pas la place d'installer des appareils de fitness volumineux.

Mirror a mis au point le meuble et son logiciel en interne. Le miroir est doté d’une caméra et de haut-parleurs, et l’application permet d’opérer un suivi biométrique et d’afficher sur l’interface les performances de l’utilisateur via une ceinture de cardiologie par exemple. Cette véritable plateforme d’entraînement voit son succès s’envoler via notamment les réseaux sociaux. Prisé des stars comme Reese Witherspoon, Ellen DeGeneres, Gwyneth Paltrow ou encore Kate Hudson, et des influenceuses en général, le miroir connecté devient rapidement un succès commercial. Mirror tisse également de nombreux partenariats avec des marques – comme Lululemon justement – qui lui permettent de diversifier encore ses sources de revenus. 

La rentabilité visée en 2021
Ce rapprochement intervient dans un contexte particulièrement favorable aux Etats-Unis. La fermeture des salles de sport liée à la pandémie de Covid-19 a entraîné une augmentation de la pratique sportive à domicile. Mais ce marché, qui cible pour l’essentiel les consommateurs urbains aisés, peine néanmoins à décoller en matière de rentabilité. La concurrence est déjà bien développée, avec les offres autour du sport connecté de Tonal, Hydrow ou encore FightCamp. La start-up Echelon et son Reflect 50 sont des concurrents directs de Mirror, avec un prix légèrement supérieur, à plus de 1600 dollars, et un abonnement mensuel similaire.

Le chiffre d’affaires de Mirror est estimé à 100 millions en 2020 et la jeune pousse américaine a prévu d’atteindre la rentabilité en 2021. Selon le New York Times, l’entreprise vendait environ 650 appareils par mois dès 2019.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media