Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Lydia lève 72 millions d’euros supplémentaires pour accélérer le déploiement de son application

Levée de fonds Lydia annonce une extension de sa levée de 40 millions d’euros réalisée en début d’année, avec 72 millions d’euros supplémentaires levés auprès de ses principaux actionnaires historiques que sont Tencent, Open CNP, XAnge et New Alpha.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Lydia lève 72 millions d’euros supplémentaires pour accélérer le déploiement de son application
Lydia lève 72 millions d’euros supplémentaires pour accélérer le déploiement de son application © Lydia

La fintech française Lydia a annoncé le 17 décembre avoir bouclé un tour de table complémentaire de 72 millions d’euros. Cette levée en série B menée par Accel et à laquelle participent les principaux actionnaires historiques (Tencent, Open CNP, XAnge et New Alpha), est une extension de l’opération de janvier dernier. Elle s’ajoute ainsi aux 40 millions d’euros levés alors. Selon le média américain TechCrunch, Amit Jhawar (Accel) rejoint le conseil d’administration de Lydia.

4 millions d'utilisateurs
Les principales fonctionnalités de Lydia sont les paiements entre particuliers, les virements de comptes bancaires à comptes bancaires et les transactions récurrentes permettant d’automatiser des virements ou des transferts d'argent. Il est également possible de créer des sous-comptes Lydia pour faciliter la gestion de finances personnelles ou encore générer une cagnotte virtuelle à partager avec ses proches.

La fintech s’appuie depuis cette année sur le Suédois Tink, spécialiste des solutions technologiques de l'open banking, afin de tirer parti de l'accès aux API DSP2 en Europe et d'améliorer l’optimisation de la connexion aux comptes bancaires.

Lydia a été lancée en 2013 par Antoine Porte et Cyril Chiche. Elle a surtout du succès auprès des utilisateurs âgés de 18 à 30 ans. Elle revendique 4 millions d'utilisateurs, et avait déjà levé 13 millions d'euros pour accélérer son développement sur le marché européen en février 2018.

La start-up est présente dans plusieurs pays européens dont la France, le Royaume-Uni, l’Irlande, l’Espagne et le Portugal. Elle aura fort à faire avec de nombreuses solutions concurrentes qui développent des fonctionnalités similaires à la fois sur les virements instantanés ou les cagnottes partagées, disponibles par ailleurs chez de plus en plus d'acteurs bancaires traditionnels.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media