Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Lydia se met aux prêts à la consommation instantanés avec Banque Casino

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

En association avec la Banque Casino, la fintech française Lydia propose, à partir du 12 décembre 2018, un service de prêt à la consommation instantané. Limitée à 1000 euros, l’offre promet d’obtenir l’argent dans la seconde où sa demande a été validée. Son remboursement s'étale sur 3 mois et des frais d'instantanéité s'appliquent en plus du taux d'intérêt de 3,13%.  

Lydia se met aux prêts à la consommation instantanés avec Banque Casino
Lydia se met aux prêts à la consommation instantanés avec Banque Casino © Lydia

Lydia évolue. En association avec la Banque Casino, la fintech française proposera dès le 12 décembre 2018 un service de prêt à la consommation instantané. Proposé à un taux de 3,13% auquel s'ajoute des frais d'instantanéité variables, ce nouveau service permettra aux clients Lydia de se faire prêter jusqu’à 1000 euros en quelques clics et de recevoir l’argent (à rembourser en trois mensualités) littéralement immédiatement.

 

3,13% d'intérêt

"On apporte la simplicité absolue, l’instantanéité et la transparence", s’est félicité Marc Lanvin, directeur général adjoint de Banque Casino, lors de la présentation de l'offre. Le processus est en effet simplissime : l’utilisateur sélectionne l’option de prêt dans Lydia, renseigne un montant et valide en quelques secondes. Il peut aussi, à partir d’un paiement enregistré sur l’application, demander un prêt de la somme dépensée, qui arrivera immédiatement sur son compte et qu’il pourra dépenser n’importe où.

 

Avant de confirmer la demande de prêt, toutes les informations sont affichées clairement. Les frais sont présentés avant validation et sont facturés juste après. Ceux-ci s’élèvent à 3,13% de la somme demandée, auxquels s’ajoutent des "frais d’instantanéité" variables selon le montant. À noter que le prêt peut se faire de manière différée et sera alors délivré 14 jours après la demande ; ne seront alors appliqués que les 3,13% d’intérêt. L’utilisateur remboursera ensuite la somme demandée en trois fois.

 

Pour un prêt de mille euros par exemple, le débiteur paiera 31,30€ d’intérêts et, s’il souhaite recevoir son argent dans la seconde, 19,90€ de frais supplémentaires. Il paiera ensuite 333,33€ par mois pendant trois mois. Pour un prêt de 100€, les intérêts seront de 3,13€ et les frais d’instantanéité d’environ 6€.

 

"Juste une brique de plus"

Tous les utilisateurs de Lydia ne seront pas forcément éligibles aux prêts : c’est une intelligence artificielle basée sur le machine learning et l’expérience de Banque Casino qui décide si un utilisateur peut en bénéficier ou non, selon des critères que la fintech a souhaité garder secrets. Fort de plus de deux millions d’utilisateurs et 550 000 prêts effectués dans l’année, le leader français du paiement fractionné "sait prévoir avec un degré assez fort si les gens vont payer", a expliqué Marc Lanvin. Le taux d’acceptation devrait cependant rester élevé, autour de 80%.

 

"On espère s’adresser à 80% des utilisateurs de la carte Lydia", a avancé Cyril Chiche, cofondateur de la fintech. S’ils ne sont que 30 000 pour l’instant, le CEO espère voir leur nombre multiplié par 10 au cours de l’année prochaine. Il espère alors que les utilisateurs de ce nouveau service "se compteront en dizaines de milliers" d’ici l’année prochaine.

 

"C’est juste une brique de plus dans l’offre Lydia", a rappelé Cyril Chiche, avant d’évoquer, sans plus de précision, de futurs services dédiés à l’investissement et à l’épargne.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale