Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Lyf Pay, l'offensive française pour contrer Apple Pay

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Sept acteurs du monde de la banque, des paiements et de la distribution se sont regroupés pour créer Lyf Pay, une application de paiement mobile basée sur un système de QR code. Objectif du consortium : faire de Lyf Pay un outil "tout en un" pour l'inscrire dans les usages du quotidien et bâtir un écosystème de partenaires pour favoriser son adoption par le plus grand nombre. En ligne de mire : créer une solide alternative à Apple Pay.

Lyf Pay, l'offensive française pour contrer Apple Pay
Lyf Pay, l'offensive française pour contrer Apple Pay © Lyf Pay

Le monde du paiement mobile est en pleine ébullition. Alors que le Chinois Alibaba vient d'annoncer un déploiement massif d'Alipay sur le marché américain, où la solution Apple Pay est déjà déployée auprès de 4,5 millions de commerçants, de l'autre côté de l'Atlantique, les acteurs français, eux aussi, concoctent leur offensive. Cette offensive s'appelle Lyf Pay et a été dévoilée ce mercredi 10 mai 2017. Elle est l'oeuvre d'un consortium éponyme, qui réunit des acteurs du monde de la banque et des paiements (BNP Paribas, Crédit Mutuel, Oney, Mastercard), mais aussi de la distribution (Auchan, Carrefour et Total).

 

Payer avec son mobile grâce à un QR code

Cette nouvelle entité, à part entière, n'est pas née ex nihilo. Lyf Pay est le fruit de la fusion de deux initiatives françaises autour du paiement mobile : l'application Fivory d'un côté, rassemblant le Crédit Mutuel, Mastercard, Total, Oney et Auchan, et l'application Wa!, de l'autre côté, portée par Carrefour et BNP Paribas. "Le mobile a cette capacité à agréger et à fédérer pour créer des services qui ont des propositions de valeur", commente Christophe Dolique, ex-CEO de Fivory. "Dans notre plan stratégique, nous avons une dimension qui consiste à inventer de nouveaux business models en inventant les nouveaux usages", ajoute Thierry Laborde, directeur général adjoint de BNP Paribas. De leur côté, les distributeurs actionnaires de ce consortium entendent, avec cette solution, améliorer l'expérience d'achat de leurs clients en leur proposant un parcours "sans couture", le passage en caisse constituant l'un des points de friction les plus importants.

 

L'application sera disponible dès le 18 mai prochain sur Google Play et l'App Store. Elle permettra à une personne (même non cliente du Crédit Mutuel et de BNP Paribas) de payer en magasin avec son smartphone. Pour cela, l'utilisateur devra d'abord télécharger l'application, s'identifier, puis renseigner ses informations de paiement. Ensuite, pour pouvoir payer en magasin, il devra ouvrir son application et un QR Code sera généré automatiquement. Celui-ci devra alors être scanné avec une douchette pour que le montant à régler s'affiche. Le client devra enfin valider le paiement en indiquant son mot de passe ou en posant son doigt sur le capteur d'empreinte digitale de son smartphone. Pour les détenteurs des applications mobiles My Auchan ou Carrefour et moi, pas besoin de télécharger l'application Lyf Pay :l a fonctionnalité de paiement sera directement intégrée à ces deux applications déjà existantes.

 

Faire de Lyf Pay un couteau-suisse du quotidien

Si le recours au QR code et à la douchette peut sembler moins fluide qu'un système de paiement sans contact avec la NFC, les initiateurs de Lyf Pay n'excluent pas la possibilité d'intégrer cette technologie à plus long terme. Surtout, ils préfèrent insister sur tous les services qui gravitent autour de cette application pour démontrer les avantages proposés aux clients. "Un seul geste permet de payer, de 'cagnotter' des points de fidélité, de bénéficier des offres promotionnelles et de récupérer son ticket de caisse de manière numérique", avance Bernard Avril, directeur client et Innovation chez Auchan Retail France, qui n'hésite pas à présenter Lyf Pay comme "un outil tout-en-un".

 

Dans les faits, l'application permettra de régler ses achats en magasin, sur Internet mais aussi de payer ses amis, de réaliser des dons auprès d'associations, de bénéficier des programmes de fidélité des commerçants partenaires et de leurs offres promotionnelles, mais aussi de recevoir des notifications en temps réel sur les promotions du moment ou encore de visualiser l'état de ses dépenses. L'objectif est de l'inscrire dans les besoins du quotidien pour favoriser un usage récurrent. "La fonctionnalité de paiement est un lieu important pour introduire de l'innovation dans le cadre de la relation entre le distributeur et le client. A l'avenir, beaucoup d'autres services seront rendus à l'instant de transaction", assure Pierre-Jean Sivignon, directeur financier de Carrefour. "Lyf Pay est plus qu'une fonctionnalité de paiement, c'est un outil de marketing one-to-one omnicanal et personnalisable", ajoute Christophe Dolique.

 

Jouer l'ouverture pour contrer Apple Pay

Pour imposer sa solution de paiement mobile sur le marché, le consortium mise aussi sur l'ouverture afin d'atteindre une masse critique. Il compte ainsi multiplier les partenariats avec les commerçants, les éditeurs de caisse, les acteurs du e-commerce, mais aussi les start-up. "Lyf Pay est une solution agnostique", insiste Christophe Dolique, sans oublier de rappeler qu'Apple Pay, lui,  "est un système fermé""Une banque doit payer une commission à Apple afin que son client puisse payer avec une solution mobile (Apple Pay, ndlr) qui repose sur son propre produit (la carte bancaire, ndlr)",  explique-t-il.

 

Pour l'heure, environ un millier de commerçants répartis à Strasbourg et à Paris ont adopté la solution Lyf Pay pour offrir ce service à leurs clients. De leurs côtés, Carrefour et Auchan déploieront respectivement la solution dans un premier magasin en mai. "Ensuite, notre roadmap prévoit de couvrir tous nos points de vente en France d'ici à la fin de l'année 2017", précise Bernard Avril. Même calendrier prévu chez son concurrent Carrefour. Chez Auchan, le déploiement privilégiera les hypermarchés et le commerce en ligne. Le consortium ne partage pas les objectifs d'adoption qu'il s'est fixés mais espère "arriver à quelque chose d'ici 3 à 4 ans". Lyf Pay n'attendra pas cette échéance pour s'attaquer au marché européen. Un déploiement indispensable pour tenter de faire de Lyf Pay une solution universelle.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

sapass
12/05/2017 14h49 - sapass

Pour résumer : "Ensuite, pour pouvoir payer en magasin, il devra ouvrir son application et un QR Code sera généré automatiquement. Celui-ci devra alors être scanné avec une douchette pour que le montant à régler s'affiche. Le client devra enfin valider le paiement en indiquant son mot de passe ou en posant son doigt sur le capteur d'empreinte digitale de son smartphone." Et le directeur client d'auchan appelle ça "Un seul geste permet de payer," ! MDR ! Sinon, avec une carte bleue (qui ne connait aucun problème de batterie vide, de spyware/malware, de piratage, etc...), je met ma carte dans le lecteur, je tape mon code et c'est tout.... Ils font bien marrer les apple et compagnie avec leurs paiement par mobile, ou comment remplacer une carte quasi-indestructible de 5cm/3cm etmoins d'1mm d'épaisseur, par une carte de 5' de diagonale, 5 à 10 mm d'épaisseur, une batterie à recharger, etc... Non mais ils ont vraiment des clients qui utilisent ça ?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale