Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Magic Leap serait en pourparlers avec un acteur du secteur médical pour se sauver de la faillite

Vu ailleurs Les dirigeants de Magic Leap seraient en train de négocier un accord avec une grande entreprise du secteur médical pour maintenir leur start-up à flots. Si aucun accord n'est trouvé d'ici fin juin, la jeune pousse risquerait de devoir licencier ses 900 employés restants.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Magic Leap serait en pourparlers avec un acteur du secteur médical pour se sauver de la faillite
Magic Leap serait en pourparlers avec un acteur du secteur médical pour se sauver de la faillite © Magic Leap

La situation de Magic Leap reste critique malgré le licenciement d'environ un millier d'employés au mois d'avril. La direction aurait informé les 900 employés restant qu'ils perdront leur emploi si elle ne trouve pas de nouveau financement d'ici à la fin du mois de juin, d'après The Information. Rony Abovitz, le fondateur et CEO de Magic Leap, aurait expliqué dans un email interne être actuellement en pourparlers avec un acteur du secteur de la santé afin d'obtenir des fonds. Bien qu'aucun nom n'ait été cité, il pourrait s'agit de Zimmer Biomet, un spécialiste des équipements orthopédiques.

L'accord de la dernière chance

C'est tout l'avenir de Magic Leap qui se joue sur cet accord, après l'échec tonitruant de son projet visant à créer les premières lunettes de réalité augmentée grand public. Acculé après avoir dilapidé les 2,6 milliards de dollars de fonds qu'il avait obtenu depuis la création de sa start-up en 2014, Rony Abovitz se tourne vers le secteur médical, qu'il connaît bien. Il avait précédemment cofondé une start-up de robotique chirurgicale, Mako Robotics, qu'il avait réussi à revendre à Stryker en 2013 pour 1,65 milliard de dollars. Il compte sans doute réitérer cet exploit, même si la conjoncture actuelle n'aide pas.

Les employés de Magic Leap dans une position délicate

En attendant, The Information rapporte que les employés de la start-up, qui n'ont pas reçu leurs primes sur objectif de 2019, se voient demander de signer des documents leur interdisant de poursuivre l'entreprise en justice. En échange, Magic Leap leur donnerait 250 dollars et un exemplaire du Magic Leap One, son premier et unique casque de réalité augmentée, dont elle possède sans doute encore de nombreux invendus étant donné son échec commercial.

Magic Leap ne peut plus être considéré comme un acteur de premier plan

Même si Magic Leap parvient à trouver un accord à court terme, son avenir est tout sauf assuré. La start-up n'a au final que bien peu de choses à montrer après six ans de travail, et son repositionnement tardif vers le marché professionnel rend inutiles les quelques expériences grand public qu'elle a pu produire par le passé. Il est peu probable qu'un nouveau partenariat puisse lui permettre de continuer à développer du matériel de pointe. Elle semble aujourd'hui destinée à rejoindre Daqri, ODG ou Meta au rang des entreprises n'ayant pas su réaliser leurs ambitions.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media