Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

MailinBlack s'attaque pour de bon au marché américain

Après un pied à Montréal en septembre, l'éditeur de logiciels pose l'autre à New York pour promouvoir sa solution de gestion des signatures mails et son anti-spam. Il sera présent au Microsoft Worldwide Partner Conference (WPC) à Toronto du 10 au 14 juillet.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

MailinBlack s'attaque pour de bon au marché américain
MailinBlack s'attaque pour de bon au marché américain

Aux yeux de Damien Neyret, président et actionnaire majoritaire de MailinBlack, l'événement peut propulser les solutions de l'entreprise sur le continent américain. "Nous avons implanté un bureau en septembre au Canada, à Montréal, pour prendre nos marques, mais les Etats-Unis constituent le marché le plus important pour vendre nos logiciels. La semaine prochaine, nous présenterons nos solutions devant les revendeurs partenaires de Microsoft à New York et Boston et du 10 au 14 juillet, nous disposerons d'un stand au Microsoft WPC à Toronto. C'est l'opportunité de nous adresser à 10 000 revendeurs du monde entier et de faire notre entrée à l'international de manière massive".

 

Implantée à Marseille (Bouches-du-Rhône), MailinBlack a réalisé en 2015 un chiffre d'affaires de 3,1 millions d'euros avec plus de 3 500 clients en France. Elle vise 4,5 millions à 5 millions d'euros en 2016 en s'ouvrant à l'étranger. La PME emploie près de 50 collaborateurs dont 18 recrutés depuis le début de l'année. Les équipes seront prochainement renforcées sur le bureau de Paris et à New York où elle envisage de compter une demi-douzaine de personnes d'ici à un an.

 

Anti-spam efficace

Née en 2003, MailinBlack s'est fait connaître par son anti-spam. Pour être autorisé à accéder à la boite de messagerie de son interlocuteur, il fallait taper quelques chiffres et lettres pour authentifier son envoi. Elle a d'abord prospecté le grand public, mais l'impact s'est révélé insuffisant. Elle a donc réorienté le produit sur les professionnels, en le faisant évoluer pour réussir à l'imposer comme une solution d'amélioration de la performance des échanges électroniques et du confort des collaborateurs. "Notre anti-spam a bloqué toutes les attaques lancées depuis le début de l'année. Aujourd'hui, il segmente les mails à caractère publicitaire, ceux provenant des réseaux sociaux et les courriers productifs. Les spams ne sont toujours pas affichés. Un rapport journalier permet de faire le tri", indique le dirigeant.

 

nouvelle solution plus intelligente

Après trois ans de R&D, "Letsignit", sa nouvelle solution de gestion des signatures mails complète cette offre. MailinBlack veut permettre aux entreprises et collectivités de mieux maîtriser leur communication et leur image de marque au moindre envoi de mail. "Nous l'avons conçue comme un nouveau canal de communication, poursuit Damien Neyret. Chaque fois qu'un collaborateur expédie un message, il n'a plus à le signer. En fonction des objectifs marketing ou d'information décidés par la société, notre plate-forme logicielle intègre automatiquement sa signature, harmonisée pour tout l'effectif, et y ajoute un message, par exemple sur un salon auquel l'entreprise participe, un webinar qu'elle organise ou une invitation à une démonstration. L'objectif est de générer du "business".

 

Mais dans les échanges internes à la société, Lesignit sert aussi à animer la politique de ressources humaines, en relayant une actualité intéressant le personnel, en invitant à cliquer sur un tutoriel pour accélérer la transformation digitale... Plus de 300 clients l'ont déjà adopté en France dont Pernod-Ricard, Sephora, le groupe Bolloré..."

 

MailinBlack propose en complément du conseil pour optimiser et personnaliser l'utilisation "marketing" de l'outil ainsi que des formations techniques ou commerciales. "Une cellule d'experts est dédiée à cet accompagnement", indique le dirigeant. Le recrutement des revendeurs-intégrateurs confortera l'expansion. Des développements pour l'heure toujours autofinancés.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale