Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Mairies 4.0 : M2ocity connecte les poubelles d'Angers, la ville des objets connectés

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Notre dossier "Mairies 4.0" sur les initiatives numériques des collectivités locales nous emmène à Angers, ville de la Cité del objets connecté et pilote de l'opérateur M2ocity pour le tri sélectif connecté et le stationnement.

Mairies 4.0 : M2ocity connecte les poubelles d'Angers, la ville des objets connectés
Mairies 4.0 : M2ocity connecte les poubelles d'Angers, la ville des objets connectés © M2ocity

Comment piloter la ville de demain, nourrie aux données des capteurs urbains­ ? La transformation numérique des collectivités peut difficilement s'improviser : elle a besoin de villes pilotes. Aux côtés de ténors comme Issy-Les-Moulineaux ou Nice, on trouve aussi Angers, qui héberge la Cité de l'objet connecté, usine collaborative d'un nouveau genre visant à réunir dans un même lieu les créateurs d'objets connectés. Des solutions que la ville expérimente elle-même, sur son propre territoire.

 

A commencer par deux technologies intégrées par l'opérateur M2ocity, d'ailleurs actionnaire de la Cité de l'objet connecté : des capteurs de remplissage des containers de tri enterrés, ainsi qu'un système de parking intelligent. La co-entreprise, créée par Veolia et Orange, s'est fait connaître en devenant spécialiste du télérelevé des compteurs d'eau, qui évite aux acteurs locaux des interventions de mesure coûteuses. Elle est aujourd'hui devenue le premier opérateur d'objets connectés pour les collectivités, avec "1,6 millions d'objets connectés déployés dans 2 000 municipalités partenaires", assure Camille Loth, directeur marketing et communication de M2ocity.

 

Intégrer des capteurs dans la smart city

Dans la ville connectée, les capteurs jouent le rôle de terminaisons nerveuses. Mais la connectivité n'est pas une fin en soi : "Ce n'est pas comme acheter un téléphone mobile, puis utiliser un réseau GSM préexistant, illustre Camille Loth. Avec les objets connectés, il faut déployer une infrastructure de réseau bas débit pour redistribuer l'information puis la traiter, ce pourquoi nous proposons des offres intégrées." L'opérateur s'est doté d'une solide expertise : télérelevé des compteurs d'eau, de gaz, d'électricité, monitoring environnemental (capteurs de pollution, capteurs de bruit)... 

 

L'enjeu de la donnée pour les collectivités ? A la fois opérationnel... et économique. "Nous voulons aider les collectivités à optimiser leurs services pour faire face à la baisse des dotations, en accroissant le confort des citoyens", poursuit le directeur. Ainsi le dispositif de parking intelligent déployé par la start-up permet de limiter les abus de stationnement, "en particulier au sein du dépose-minute de la gare". Le principe ? Des bornes munies de capteurs de position envoient en cas de dépassement horaire un texto à la Police municipale afin que cette dernière se rende sur les lieux pour constater l'infraction. 

 

Accélérer la transformation numérique des collectivités

Quant aux senseurs installés sur les bornes de tri enterrées, ils permettent de peser ces dernières à distance. "Auparavant, un camion les déterrait pour les vider chaque semaine, explique Constance Nebbula, Conseillère déléguée à l’Economie Numérique et à l’Innovation à la Mairie d'Angers. Grâce au système, on ne le fait que lorsque c'est nécessaire." Le projet n'en est à Angers qu'à un stade expérimental, "pour l'instant implémenté seulement dans le centre-ville, évoque Camille Loth. Pour vraiment réaliser des économies d'échelle, il faudrait équiper toutes les bornes de collecte de la ville." Une démarche déjà mise en œuvre à large échelle par la ville d'Aunay-sous-bois, par exemple.

 

L'intérêt de l'expérimentation à Angers, initiée en juin 2015 ? "Evaluer l'impact de nos objets connectés sur la structure des services de la ville, indique le directeur marketing. Chaque territoire est unique, on ne peut pas 'copier-coller' les solutions d'une ville à l'autre." M2ocity propose ainsi ses services sur mesure, investissant beaucoup dans l'accompagnement des agents. La phase de test doit durer un an : Angers transformera-t-elle l'essai ? Une question à suivre au deuxième semestre 2015. 

 

Le regard de l'élue

Constance Nebbula, Conseillère déléguée à l’Economie Numérique et à l’Innovation à la Mairie d'Angers
"Le numérique a toujours été un sujet très présent à Angers, de par la présence de l'industriel angevin Eolane, spécialiste de l'électronique. Mais le label French Tech décroché par Angers cette année a encore accru cette dynamique sur notre territoire. Imaginez : nous avons recueilli 600 lettres de soutien d'entrepreneurs, et notre candidature a été reçue en 9 jours seulement ! Suite à quoi nous avons inauguré la Cité de l'objet connecté, dont M2ocity est un acteur fort, puisque la société est actionnaire. Ce projet nous a fait prendre conscience que nous voulions aussi intégrer le numérique en interne dans nos services. C'est pourquoi nous expérimentons actuellement la smart city dans notre ville, avec l'aide de partenaires comme M2ocity."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale