Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Mairies 4.0 : Trop d'applis de service public ? Nantes les fusionne toutes en une

Enquête La deuxième étape du dossier "Mairies 4.0", consacré aux projets numériques des collectivités territoriales françaises, est Nantes. Si la digitalisation urbaine, à travers toujours plus de services en-ligne, rencontre du succès dans de nombreuses villes, la démultiplication des outils et des applications mobiles ne simplifie pas toujours la vie du citoyen. C'est pour cela que Nantes a choisi de réunifier ses services aux citoyens en une seule application, "Nantes dans ma poche".
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Mairies 4.0 : Trop d'applis de service public ? Nantes les fusionne toutes en une
Mairies 4.0 : Trop d'applis de service public ? Nantes les fusionne toutes en une

Développer les e-services : pour les collectivités locales, la question est devenue prioritaire au cours des dernières années. Modules web, applications mobiles, ouverture des données publiques... La profusion d'initiatives peut même finir par déboussoler le citoyen. Pour lui simplifier la vie, l'agglomération de Nantes a eu une idée simple et efficace : entreprendre la fusion de tous ses e-services, y compris ceux développés par des jeunes pousses et matérialisés par des applications mobiles distinctes, pour en faire une seule appli, "Nantes dans ma poche". Les accés aux horaires de bus, de piscine, aux menus des cantines des écoles... sont ainsi réunis dans un dispositif unique.

 

Un premier pilote a été lancé le 26 mai 2015 sur l'App Store et Google Play"Notre démarche se résume en quelques mots : même pas peur !, explique Franckie Trichet, 24e adjoint au maire de Nantes, délégué à l'innovation et au numérique. Nous voulions que les Nantais jouent avec l'application, se l'approprient et participent à sa conception." Dont acte : ce prototype est en cours d'amélioration, à travers plusieurs ateliers organisés avec les citoyens. La version officielle pourra ainsi être lancée début 2016. Les retours des usagers définiront aussi le nom définitif de l'application, qui n'est pour l'instant que provisoire. Bilan de l'opération ? "Plus de 20000 téléchargements en 3 mois, un succès !", se félicite Franckie Trichet.

 

Intégrer les services développés par les start-up

Mais ce n'est pas le seul intérêt de la démarche. A terme, l'appli intègrera aussi des services et fonctions qui existaient déjà à travers d'autres applications, notamment développées par des jeunes pousses nantaises. Lesquelles ? Il va falloir patienter pour le savoir. "Rendez-vous début 2016", s'excuse l'adjoint au maire, avant de préciser que "la version 1 sera aussi élargie à l'agglomération, et plus à la seule ville de Nantes. C'est une bonne façon d'inciter nos communes plus petites à prendre un tournant numérique."

 

"Nantes dans ma poche" est développée par Orange, et utilise en particulier la technologie Cloud développée par l'opérateur et intégrateur. Elle a aussi été portée vers la ville de Bordeaux. Nantes n'en est d'ailleurs pas à son coup d'essai dans le numérique : la ville a commencé sa démarche de libération des données publiques dès 2012. Elle a donné lieu à de nombreuses utilisations applicatives"Ce projet est peut-être une forme d'héritage indirect, issu de cette démarche", avance encore l'élu. Après la dispersion digitale et la guerre des applis, l'ordre du jour du numérique en ville serait-il finalement à la recentralisation... pilotée sous la gouvernance des collectivités locales ?

 

 

 

 Parole d'élu : Franckie Trichet, 24ème adjoint au maire de Nantes, délégué à l'innovation et au numérique

"Notre conception du numérique 'à la nantaise', c'est de considérer que le numérique, ce n'est pas seulement des start-up. C'est aussi l'accélération du social, à travers une démarche d'innovation qui inclut les habitants sans être technocentrée. Notre ambition, c'est de mettre les intelligences en réseau, afin de fabriquer des communs. C'est dans cette optique que nous cherchons à développer cette intelligence collective, dans des tiers lieux dédiés au numérique comme les Fablabs, ou des lieux utiles comme un composteur partagé. Tout cela crée du lien social."

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media