Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Mairies 4.0 : Valence exporte son appli de chasse à l'ambroisie et son pollen nocif

Valence est la sixième étape du dossier "Mairies 4.0", consacré aux projets numériques des collectivités territoriales françaises. L'ambroisie est une plante invasive dont les pollens impactent fortement la santé publique en France, et plus particulièrement en Rhône-Alpes. Une application mobile lancée en 2013 dans la communauté de commune de Valence-Romans lui a déclaré la chasse, sur la base du signalement participatif des citoyens. Un succès qui a depuis fait boule de neige, puisque son périmètre a progressivement été élargi à la région Rhône-Alpes, puis à l'Auvergne en 2015.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Mairies 4.0 : Valence exporte son appli de chasse à l'ambroisie et son pollen nocif
Mairies 4.0 : Valence exporte son appli de chasse à l'ambroisie et son pollen nocif

Malgré son nom polysémique qui peut aussi signifier "nourriture des dieux", l'ambroisie n'a rien d'un cadeau tombé du ciel pour les municipalités infestées par cette plante envahissante. Sa particularité ? Elle pullule sur les terrains vagues, et cause de nombreuses allergies respiratoires à cause de ses pollens très virulents. 6 à 12% de la population y seraient sensible, selon l'agence régionale de santé Rhône-Alpes (ARS). En 2013, l'agglomération de Valence a pris une initiative mêlant numérique et santé publique via une application mobile, développée par la société Idnext, qui informe les citoyens du risque allergique et qui leur permet surtout de signaler la présence des plants caractéristiques. Un signalement géolocalisé est alors envoyé aux agents de l'agglomération qui procèdent ensuite à leur arrachage.

 

utilisée en Rhône-alpes...

Le succès est au rendez-vous : en 2013, l'application a été téléchargée 700 fois en 2 mois à l'échelle de l'agglomération, et donne lieu sur la période à 92 signalements validés. La communauté de communes a même reçu le label or "Territoire Innovant" du Prix Territoires Connectés 2013. Au point que l'agence régionale de santé, la Région Rhône-Alpes, Air Rhône-Alpes et le réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) ont repris le concept en 2014 en l'élargissant à tout le territoire rhonalpin. "L'allergie à l’ambroisie coûte plus de 15 millions d’euros par an à la région en dépenses de santé", écrivait l'organisme Air dans son bilan 2015. Un véritable problème de santé publique, donc. Pour quel résultat ?

 

...ET EN AUVERGNE

"Le problème, c'est celui de la traçabilité, explique Nicolas Vigier, responsable du service exploitation d'Air Rhône-Alpes. Il faut que les signalements soient suivis par des actions. Le RNSA se charge de l'animation du réseau de référents, et de leur information des plantes signalées. Les moyens diffèrent selon la taille des communes : pour certaines, ce sont les agents communaux qui se chargent de l'arrachage, et pour d'autres, des bénévoles. Evidemment, les attentes ne sont pas les mêmes." L'expérience s'avère cependant fructueuse : sur les 2500 signalements reçus en 2014, près de la moitié sont validés. Et l'aventure continue de conquérir de nouveaux terrains. Pendant l'été 2015, le dispositif a également été étendu à l'Auvergne. Hier une communauté de communes, demain la France entière ? "Tout le territoire français est effectivement touché. L'idée est à l'étude pour la prochaine saison de floraison", glisse Nicolas Vigier.

 

 Parole d'élu : Sylvain Fauriel, Conseiller municipal délégué à l'économie numérique de Valence

"Jusqu'à 2014, il n'y avait pas d'élu en charge du numérique à la mairie de Valence. Le poste de Conseiller municipal que j'occupe a été crée par le nouveau maire, Nicolas Duragon. L'application Signalement Ambroisie est antérieure, et provient d'une initiative lancée par l'agglomération Valence-Romans en 2013. Nous avons beaucoup progressé depuis sur le volet de la smart city, qui est aujourd'hui pour nous un véritable fil conducteur. Nous avons repris le principe du signalement dans l'application mobile de la ville pour que les usagers puissent informer les autorités des problèmes qui surviennent sur la voie publique, et misons sur les e-services pour le citoyen comme l'accès à l'état civil via smartphone. Nous avons également installé un hot-spot Wifi ubain gratuit, d'autres vont être ouverts dans le courant de l'année 2016. A travers ces initiatives ainsi que la fourniture en matériel informatique d'écoles primaires pilotes, nous espérons réduire la fracture numérique, à l'échelle de notre ville de 80000 habitants."

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale