Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Mais pourquoi Google travaille-t-il sur un nouveau système d'exploitation (Fuchsia) concurrent d'Android ?

Vu ailleurs Google a réussi à faire d'Android le système d'exploitation le plus populaire au monde... et à mettre fin au règne de Microsoft Windows. Pour autant, Google ne se repose pas sur ses lauriers. Une équipe d'experts travaille discrètement sur un nouvel OS, sans rapport ni avec Android, ni avec Chrome OS. Nom de code : Fuchsia.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Mais pourquoi Google travaille-t-il sur un nouveau système d'exploitation (Fuchsia) concurrent d'Android ?
Mais pourquoi Google travaille-t-il sur un nouveau système d'exploitation (Fuchsia) concurrent d'Android ?

Google travaille sur un nouveau système d'exploitation, dont le nom de code est Fuchsia. Le projet a été découvert vendredi 12 août par Cnet lorsque son code source a été copié sur GitHub. Si cette découverte laisse perplexe, c'est que Fuchsia n'est lié ni à Android, ni à Chrome OS, les deux systèmes d'exploitations de Google déjà sur le marché.

 

Une dream team pour créer l'OS ultime ?

La description officielle de l'OS précise pourtant qu'il est conçu "pour les smartphones et ordinateurs personnels modernes". En théorie, ce projet se place donc en tant que rival non seulement de Microsoft Windows, mais aussi des autres OS de Google. Comme souvent pour les projets de Google, Fuchsia est open source, ce qui veut dire que son code peut être inspecté par n'importe qui et que ses contributeurs sont listés publiquement.

 

Cela révèle des informations intéressantes sur la composition de l'équipe travaillant sur Fuchsia. Elle inclut des figures connues du développement de systèmes d'exploitation, une discipline particulièrement complexe. On y trouve notamment Travis Geiselbrecht, qui a travaillé sur BeOS dans les années 90, puis iOS et Danger OS (précurseur d'Android) ; Brian Swetland, qui a également travaillé sur BeOS et Danger OS puis a passé des années sur Android ; Chris McKillop, un membre fondateur de l'équipe ayant créée iOS ainsi que de l'équipe derrière WebOS, et qui a aussi œuvré sur QNX et sur Danger OS ; et Adam Barth, membre de longue date de l'équipe derrière Chrome et qui a conçu son propre OS appelé Tau.

 

Android aurait-il atteint ses limites ?

Mais pourquoi avoir réuni cette dream team sur un nouveau projet, alors qu'Android a déjà réussi l'impossible en détrônant Windows du podium du système d'exploitation le plus utilisé au monde ? On sait que Google travaille depuis un certain temps sur une fusion entre Android et Chrome OS, et qu'il a annoncé fin mai l'arrivée d'applications Android sur les Chromebooks. Mais Fuchsia repart de zéro, avec son propre kernel baptisé Magenta (contrairement à Android, qui est basé sur Linux).

 

Les nombreuses failles de sécurité inhérentes à Android pourraient-elles avoir motivées cette décision ? Google cherche-t-il à mettre au point un OS vraiment universel, optimisé pour tout type d'appareils (un domaine qui donne du fil à retordre à Android) ? Où est-il au contraire conçu pour des applications très spécifiques ? Il tourne déjà sur un hybride tablette/PC signé Acer, supporte les processeurs x86 et ARM, et Google voudrait même le faire fonctionner sur une Raspberry Pi.

 

Difficile de ne pas voir dans ces objectifs un parallèle avec la plateforme universelle que Microsoft a mis au point tant bien que mal avec Windows... Et une volonté de conquérir le bastion historique du géant de Redmond ? Reste que l'adoption d'un nouvel OS n'est jamais garantie. Beaucoup s'y sont cassés les dents, y compris Microsoft et Apple, sans compter Mozilla, Palm, Ubuntu et bien d'autres. Affaire à suivre.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media