Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

ManoMano lève 355 millions de dollars pour devenir un leader européen du bricolage

Levée de fonds ManoMano, marketplace spécialisée dans le bricolage et le jardinage, lève 355 millions de dollars. Avec cet apport financier, la pépite française entend se renforcer sur les pays où elle est déjà présente comme l'Allemagne et le Royaume-Uni pour devenir un leader européen.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

ManoMano lève 355 millions de dollars pour devenir un leader européen du bricolage
Les cofondateurs de ManoMano Philippe de Chanville et Christian Raisson. © Bruno Levy

ManoMano, le spécialiste en ligne du bricolage et du jardinage, lève 355 millions de dollars. Une levée de fonds en série F qui valorise la pépite française à 2,6 milliards de dollars et a été menée par Dragoneer Investment Group. Avec la participation de Temasek, General Atlantic, Eurazeo, Large Venture (Bpifrance), Aglaé Ventures, Kismet Holdings et Armat Group.

Un secteur peu numérisé
Lancée en 2013, la marketplace de ManoMano recense aujourd'hui 10 millions de produits dans les secteurs du bricolage, du jardinage et de la maison. Ses principaux concurrents ? Les magasins, qui détiennent près de 80 à 90% de ce marché très peu numérisé qui s'élève à 400 milliards d'euros en Europe. Mais ManoMano entend renforcer son activité pour devenir un géant européen. La jeune pousse met en avant son offre diversifiée, qui n'est pas centrée sur une marque distributeur, ses conseils et ses prix attractifs.

Pour se différencier, ManoMano mise également sur ses Manodvisors, des conseillés recrutés selon leurs expertises pour répondre aux questions de potentiels clients. Aujourd'hui, ManoManon recense 500 Manodvisors qui sont rémunérés par le paiement d'une commission lorsqu'une vente est réalisée. "Entre 10 à 15% de notre business volume est converti à travers eux", assure Christian Raisson, cofondateur et co-CEO de ManoMano.

Devenir un leader européen
En 2020, ManoMano a réalisé 1,2 milliard d'euros de ventes, contre 620 millions d'euros en 2019. Au-delà de la France, la pépite s'est implantée en Espagne et en Italie. Puis, au Royaume-Uni et en Allemagne en 2017. Avec cette levée de fonds, ManoMano entend notamment renforcer sa présence sur les marchés britannique et allemand qui sont respectivement "une fois et demi et deux fois plus gros que la France", assure Christian Raisson.

"Aujourd'hui, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie représentent 40% de notre chiffre d'affaires contre 20% il y a deux ans, ajoute Philippe de Chanville, cofondateur et co-CEO de ManoMano, qui s'attend à ce que chacun de ces pays représentent entre 20 à 30% de notre chiffre dans les trois à quatre ans". Avec cette levée de fonds, la jeune pousse entend clairement renforcer sa présence sur ces marchés où elle est déjà présente et se faire connaître par un plus grand nombre d'utilisateurs potentiels.

Renforcement de l'activité B2B
Quant à la question de savoir si le Brexit a beaucoup affecté leur activité, Christian Raisson assure que cela a surtout été difficile pour certains marchands qui ont pu constater une perte d'activité dans le courant de l'année dernière, mais que celle-ci est presque rattrapée. Cette perte d'activité a été moindre pour ManoMano qui assure que "75% de l'activité au Royaume-Uni se fait avec des marchands locaux". Une offre locale mise en avant par ManoMano sur ses autres marchés également puisque ce secteur compte très peu d'entreprises mondiales très connues.

"Le deuxième axe de développement de cette levée de fonds est le renforcement de l'activité professionnelle en Espagne et en Italie où ManoMano Pro a été lancée début 2020", déclare Philippe de Chanville. ManoMano Pro est un catalogue dédié aux artisans du bâtiment, inscrits en tant que tels sur le site, qui comprend des outils, des marques et des prix pour les professionnels. En France, la pépite se targue d'avoir un artisan sur cinq d'inscrit sur sa plateforme.

Les marchés B2C et B2B pèsent chacun 200 milliards d'euros en Europe. Si ManoMano s'est lancé dans le B2B sur le tard, la licorne est confiante et pense pouvoir progresser beaucoup plus vite puisque ce secteur comprend moins de concurrence. Elle constate d'ailleurs une accélération plus forte sur son activité B2B (+140%) que sur le B2C (+100%) sur l'année 2020 par rapport à 2019.

ManoFulfillment, vers un réseau logistique européen
Enfin, ManoMano souhaite investir dans le développement de services pour les marchands et notamment dans la logistique. La licorne a lancé son service ManoFulfillment il y a deux ans en France et il y a quelques mois en Espagne et en Italie. A terme, la start-up espère créer "un réseau logistique européen pour fluidifier les opérations et améliorer la qualité et la performance", relate Christian Raisson. Le but : "qu'entre 40 à 50% de nos ventes passent à travers notre outil logistique d'ici trois ans".

Pour l'aider dans son ambition, ManoMano, qui recense 800 salariés, souhaite créer 1 000 emplois supplémentaires d'ici 2022, dont la moitié dans la Tech et l'autre moitié dans le commercial.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.