Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Mapstr lève 690 000 euros pour développer son carnet d'adresse égoïste

La start-up française a lancé en juillet une application pour enregistrer ses meilleures adresses sur une carte… et les retrouver facilement. Elle vient de lever 690 000 euros pour recruter des développeurs et enrichir son offre.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Mapstr lève 690 000 euros pour développer son carnet d'adresse égoïste
Mapstr lève 690 000 euros pour développer son carnet d'adresse égoïste © Mapstr

Mapstr veut accélérer la cadence. La jeune start-up française n’a sorti la première version de son application de recensement et de cartographie des meilleures adresses de ses utilisateurs qu’en juillet 2015. Mais elle vient de lever 690 000 euros auprès de plusieurs business angels pour lancer de nouvelles fonctionnalités plus rapidement.

 

"Nous avons besoin de trois ou quatre personnes de plus pour le développement, explique Sébastien Caron, le fondateur de Mapstr. Il y a encore énormément de choses à faire, on doit recruter en urgence !" L’application, disponible sur l’AppStore, a rapidement trouvé son public. En un peu plus d’un mois, elle a enregistré plus de 50000 téléchargements et est apparue dans le classement des meilleures nouvelles applications d’Apple dans 34 pays.

Mapstr en chiffres

Chiffre d’affaires : pas encore
Effectif : 2
Montant de la levée de fonds : 690 000 euros
Investisseurs : business angels
Secteur : numérique

 

 

A contre-courant des réseaux sociaux

 

Son principe va pourtant à contre-courant de la mode des réseaux sociaux. Mapstr ne prévoit pas de partage d’informations. Elle permet à l’utilisateur d’enregistrer sur une carte les adresses qu’il juge remarquable (musée, restaurant, relations, etc.) et de les classer au moyen d’un système de tags, sans jamais les diffuser en dehors. "Il ne s’agit pas de suggérer des bonnes adresses. C’est un produit utilitaire et égoïste", s’amuse Sébastien Caron.

 

Les prochains mois vont être chargés pour le jeune fondateur de 35 ans, diplômé de Polytechnique et de HEC. Les projets de développement sont nombreux : créer des versions Android et Windows, créer une application pour le web, multiplier les fonctionnalités de l’outil pour le rendre personnalisable, etc. Tout en augmentant la notoriété à l’international. La start-up vise un objectif de 100 000 utilisateurs d’ici un an.

 

En parallèle, le fondateur de Mapstr réfléchit à la manière de monétiser son outil. Des pistes sont déjà envisagées, comme un service premium permettant d’acheter des produits supplémentaires, ou encore la possibilité de vendre l’outil en marque blanche à d’autres sociétés. "Mais cela n’aboutira pas avant 2016, nous ne nous mettons pas la pression", conclut Sébastien Caron.

L’argument convaincant

L’application a rapidement trouvé de nombreux utilisateurs chez les possesseurs d’iPhone, qui ont validé l’intérêt de l’outil. Reste à réussir le passage à la commercialisation.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media