Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Marché B to B, Smart Driving, nouvelle plateforme… Coyote amorce un nouveau virage

mis à jour le 15 février 2018 à 08H11
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Douze ans après sa création, Coyote attaque le marché B to B. Le leader européen des avertisseurs de dangers sur route s’appuie pour cela sur le rachat de Traqueur – spécialiste du tracking de vol de véhicule et de la gestion de flotte automobile. Et annonce en parallèle le lancement de Coyote 2.0 et de trois nouvelles solutions "Smart Driving" dédiées à tous les conducteurs, motards compris.

Marché B to B, Smart Driving, nouvelle plateforme… Coyote amorce un nouveau virage
Marché B to B, Smart Driving, nouvelle plateforme… Coyote amorce un nouveau virage © Coyote

"Pour agrandir notre terrain de jeu, il faut que l’on apporte des briques servicielles nouvelles", annonce Fabien Pierlot CEO et co-fondateur de Coyote ce 13 février 2018. Pour cela, le leader européen des avertisseurs de dangers sur route a déployé une double stratégie.

Le marché B to B , la nouvelle voie de Coyote

Premier axe stratégique, sans doute le plus marquant pour l’entreprise, c’est le marché B to B. Après un premier rapprochement en mai 2017, Coyote a choisi de monter au capital de Traqueur – spécialiste du suivi de vol de véhicule et de la gestion de flotte automobile – à hauteur de 66,6%. Une OPA qui lui permet d’attaquer le marché professionnel via les gestionnaires de flottes automobiles au travers d’une nouvelle offre.

"C’est une offre unique et disruptive. On va ainsi casser les codes de la géolocalisation", se félicite Fabien Pierlot. Celle-ci est composée de trois briques : une solution de navigation et d’alerte, une solution de gestion de flottes (géolocalisation, gestion de parc, éco-conduite) et une solution de sécurisation du véhicule, le tout avec un mode gestion de vie privée. "C’est un deal gagnant-gagnant : l’entreprise va offrir à ses employés une solution sécurisée et va en même temps pouvoir mieux gérer sa flotte", ajoute le CEO.
 

Un tournant stratégique majeur

Coyote en chiffres
  • Près de 5 millions d’utilisateurs en Europe
  • 92% des utilisateurs actifs
  • 13 alertes par seconde
  • 870 000 km parcourus par mois
  • 2 milliards d’événements remontés chaque mois
  • Progression du parc d’abonnés payant de 7 à 15% par an
  • 360 employés dont 100 développeurs
  • CA 2017 : environ 120 millions d’euros

 

Coyote mise sur un marché des flottes automobiles qui devrait connaître une croissance de 15% par an d’ici 2020. Dans un premier temps, l’entreprise compte attaquer ce marché par les PME gérant des flottes de 30 à 150 véhicules. Pour cela, elle s’appuie sur sa nouvelle entité, Coyote Business, et sur la force commerciale héritée de Traqueur. "L’un des bénéfices du rachat de Traqueur est notamment sa force commerciale, avec 32 commerciaux terrain très focus sur les concessions automobiles et les flottes B to B. On va avoir une vraie équipe B to B", se félicite Fabien Pierlot.

"Nous étions essentiellement B to C. C’est un tournant stratégique majeur", indique-t-il. Et lorsqu’on lui glisse qu’il n'avait peut-être pas d’autre choix que de trouver de nouveaux leviers de chiffre d’affaires face à l’essor de Waze, le CEO répond clairement : "Ce n’est pas une réponse à Waze. Nous avons une demande de plus en plus forte depuis 2017". D’ailleurs, il avoue ne pas s’être fixé de business plan : "Notre chiffre d’affaires progresse de 10 à 15 % par an, mais nous ne nous sommes pas fixé d’objectif précis. C’est l’avantage de détenir 100% du capital".

 

10 % du CA de Coyote dédié à la R&D

Pour attaquer ce marché B to B, Coyote s’appuie sur de nouvelles solutions, également destinées aux particuliers. C’est le deuxième axe de la stratégie : l’innovation. "Nous dépensons 10% de notre chiffre d’affaires en Recherche & Développement", rappelle Fabien Pierlot. En 2017, Coyote a ainsi ouvert un bureau de R&D à Québec, au Canada. Baptisé le Coyote Lab, il regroupe une dizaine de personnes, développeurs, architectes… recrutées pour imaginer une nouvelle plateforme de service, nourrie à l’IA : Coyote 2.0. "On a repensé une plateforme plus souple plus adaptative à toutes nos spécificités de pays. L’objectif est de permettre d’alerter n’importe quoi et depuis n’importe où en temps réel", explique Fabien Pierlot.
Routes enneigées, nids de poule, embouteillages… la marque souhaite ainsi coupler les données publiques ou en provenance de partenaires privés (société d’autoroute, mairies, offices du tourisme, services météorologiques, stations-services…) avec les données de la communauté. Et le CEO de citer en exemple les problèmes liés à la neige la semaine du 5 février 2018 : "Si on avait eu la plateforme la semaine dernière, on aurait pu remonter en temps réel les routes enneigés et inondées et créer en 5 min des alertes à nos utilisateurs". A la communauté ensuite d’infirmer ou de confirmer l'information en temps réel.

"Pour construire cette plateforme, on s’est rapproché de l’Université de Laval qui a une vraie expertise en intelligence artificielle, en machine learning et en big data. On a voulu partir d’une feuille blanche comme pour notre lancement il y a 12 ans. Ils ont phosphoré pendant 6 mois pour construire cette plateforme". Désormais opérationnelle, celle-ci sera intégrée au fur et à mesure sur tous les supports (applications, boîtiers…).  "Cela va démarrer sur l’application en mars et fin 2018, tout sera déployé".

Coyote s'appuiera aussi sur son IoT Lab à Chambéry (73), l'équipe R&D héritée de Traqueur, qui développe les solutions de communication avec Lora et Sifofx. Cette combinaison avec le Coyote Lab va permettre d’apporter de nouveaux services et de nouveaux produits.

 

Devenir un coach de conduite

Car Coyote souhaite aller encore plus loin. "Nous voulons devenir un vrai coach de conduite", annonce Jean-Marc Van Laethem, directeur de l’innovation et cofondateur. Dans ce cadre, la marque lance trois solutions dites de "Smart Driving" : l’alerte vigilance, l’alerte somnolence et le score de conduite. L’ensemble de ces solutions sera disponible pour tous les conducteurs, professionnels comme particuliers, y compris les motards.

"Grâce au big data, on a pu identifier les virages dangereux. Lorsque vous arriverez avec une vitesse inadaptée, Coyote vous alertera", explique Laurence Larvor, directrice marketing de Coyote. Les écoles et d’autres signalements devraient également être intégrés dans un second temps. Voilà pour l'alerte vigilance. Concernant l’alerte somnolence, trois critères seront combinés (le contexte, la durée et l’heure) pour calculer un score d’attention. "On va vous inciter à faire des pauses dès que vous entrez dans une zone d’alerte", commente Laurence Larvor.

Evalué avec l’association Conduire Juste, le score de conduite calculera quant à lui la souplesse de conduite, l’accélération et freinage… "Cette solution intéresse d’ailleurs beaucoup les assureurs avec qui on discute actuellement", précise-t-elle. Une cible que Coyote compte d’ailleurs également adresser. "Un premier pilote avec une compagnie belge, dont nous ne pouvons encore révéler le nom, a été lancé en Belgique", confie Fabien Pierlot à L'Usine Digitale. A suivre…

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

T-Oo
16/02/2018 11h03 - T-Oo

Grâce au big data, on a pu identifier les virages dangereux. Lorsque vous arriverez avec une vitesse inadaptée, Coyote vous alertera" --> Les panneaux de signalisations, chez Coyote vous connaissez ? l'alerte vigilance --> Les trucs en triangles posés sur des poteaux, renseignez vous car on m'a dit qu'ils avaient, parait il une certaine finalité... Coyote, Waze vous a tué. Si ce n'était votre lobbying politique qui a apporté l'interdiction d’indiquer les radars, vous seriez enterrés !

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale