Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Mercedes Benz France imprime moins... et c'est bon pour l'environnement et son porte-monnaie

Cas d'école Profitant d’un déménagement, le constructeur automobile Mercedes Benz a revu ses fonctions d’impression et de reprographie dans une optique environnementale globale. L’activité de reprographie a été externalisée avec des règles d’accès strictes. A la clé, une baisse des coûts et papier de 20%.
mis à jour le 27 novembre 2015 à 11H09
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Mercedes Benz France imprime moins... et c'est bon pour l'environnement et son porte-monnaie
Mercedes Benz France imprime moins... et c'est bon pour l'environnement et son porte-monnaie © Peterned - Flickr - C.C.

L’environnement jusqu’au bout. Mercedes Benz France a profité du regroupement en 2014 de ses 750 collaborateurs, auparavant répartis sur trois sites, dans un bâtiment aux normes HQE, à Montigny-le-Bretonneux (Yvelines), pour mettre ses fonctions d’impression et de reprographie à l’heure environnementale. Avec l’objectif de réduire à la fois le volume d’impression et les coûts.

 

2 multifonctions pour 100 collaborateurs

"Auparavant, nous avions une imprimante multifonction par groupe de 2 à 4 personnes, rappelle Edwige Trémel, responsable services généraux, hygiène, sécurité et environnement. Nous sommes passés à deux imprimantes pour 100 personnes, soit une machine par étage. Le fait d’obliger les utilisateurs à se déplacer pour imprimer a réduit de 30% le volume d’impression."

 

Mercedes Benz France disposait en interne d’un atelier de reprographie pour réaliser les documents nécessaires aux activités de ventes, commerce et marketing, ainsi qu’aux évènements comme le Mondial de l’automobile. "Il était accessible à tout le monde sans critères particuliers, note Edwige Trémel. Il prenait de la place et le matériel faisait beaucoup de bruit."

 

Fini les pages à la boubelle

La décision a été prise d’en externaliser l’activité auprès d’Electrogeloz et son usine d’impression de Jouy-en-Josas, à proximité du site de Mercedes Benz France, à Montigny-le-Bretonneux, dans la région parisienne. L’occasion de définir des règles d’accès strictes : les profils d’utilisateurs et ce à quoi ils ont droit. Environ 150 personnes des services marketing, ventes et commerce y accèdent via le Web avec l’application Ozalid. "L’utilisateur injecte le document à réaliser dans le système informatique, choisit les réglages et voit le prix, explique Sébastien Moreau, directeur général d’Electrogeloz. Il peut ensuite suivre sa commande en ligne. En voyant le prix, l’utilisateur prend conscience de ce qu’il paye. Résultat : il n’y a plus de gage, ces pages qui partent à la poubelle. A la clé, une double économie financière et papier."

 

Une fois la commande validée et envoyée, le document est réalisé par Electrogeloz puis livré dans un délai d’une demi-journée. Pour Mercedes Benz, l’application Ozalid offre l’avantage d’avoir une traçabilité de toutes les commandes passées. "Cela nous donne une visibilité complète sur l’activité de reprographie et la traçabilité de tous les travaux commandés, explique Edwige Trémel. Nous savons qui a commandé quoi, combien les travaux ont coûté, après combien de temps ils ont été livrés et toutes les interactions des utilisateurs avec Electrogeloz. Nous voyons en temps réel si le budget est respecté pour chaque catégorie d’utilisateurs. Il n’y a plus de mauvaise surprise."

 

Limiter l'utilisation de la couleur

Le volume de reprographie s’élève entre 4 et 5 millions de pages par an. Un chiffre classique pour une entreprise du secteur automobile à en croire Electrogeloz. La couleur croît de façon exponentielle. L’intérêt de l’application Ozalid est d’en restreindre l’utilisation aux seuls cas où elle est nécessaire. Car elle coûte 7 fois plus chère à la page que le noir et blanc.

 

Edwige Trémel reste discrète sur le budget de reprographie. Elle se contente d’indiquer avoir fixé l’objectif de le réduire de 20%. Elle se félicite déjà des bons résultats: "malgré la sortie de beaucoup de nouveaux produits cette année, qui réclament la réalisation de beaucoup de documents, nous sommes dans les clous budgétaires, alors que le dépassement était souvent la règle auparavant."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale