Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Messagerie instantanée : La tentative ratée de Slack de se libérer de la contrainte des espaces de travail

Slack a retiré quelques heures seulement après son lancement sa nouvelle fonctionnalité "DM Slack Connect" permettant à n'importe quel utilisateur du service d'entrer en contact avec un autre utilisateur extérieur à son espace de travail via un simple message d'invitation. En cause, le fait qu'aucun mécanisme de blocage ou de signalement n'était prévu pour éviter l'envoi de messages abusifs pouvant aller jusqu'à du cyber-harcèlement.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Messagerie instantanée : La tentative ratée de Slack de se libérer de la contrainte des espaces de travail
Messagerie instantanée : La tentative ratée de Slack de se libérer de la contrainte des espaces de travail © Austin Distel/Unsplash

Slack fait marche arrière sur une nouvelle fonctionnalité introduire hier puis retirée quelques heures plus tard après avoir reçu une pluie de critiques sur les risques de cyber-harcèlement.

Mercredi 24 mars, Slack avait annoncé l'introduction des "DM Slack Connect". Cette nouvelle fonctionnalité, présentée en octobre dernier, permettait aux utilisateurs payants d'envoyer un message à n'importe quelle personne également inscrite sur Slack, même lorsqu'elle était extérieure à son espace de travail. La mise à disposition pour les utilisateurs gratuits était prévue pour plus tard.

Pour rappel, Slack est une messagerie instantanée collaborative conçue pour les organisations, au contraire d'applications de messagerie classiques qui permettent de contacter toute personne dont on a l'identifiant (par exemple WhatsApp, Signal, Skype, Line...). La fonctionnalité "DM Slack Connect" aurait rapproché Slack de ces applications plus grand public.

Un simple message de mise en relation
En pratique, il suffisait de créer un nouveau "canal" de conversation puis d'envoyer un message "d'invitation" à la personne directement par Slack ou en copiant le lien fourni pour l'envoyer par email. Ce message d'invitation pouvait être personnalisé par un petit texte. Lorsque l'invité cliquait sur le lien, il était directement redirigé vers Slack où il pouvait accepter ou refuser cette invitation puis configurer son canal. En fonction des paramètres choisis, l'invitation devait être approuvée par l'administrateur de l'espace de travail.

Cette fonctionnalité était conçue, d'après Slack, pour permettre aux entreprises de communiquer plus facilement et "en toute sécurité" avec leurs partenaires ou clients extérieurs. Le "DM Slack Connect" avait pour ambition d'être un entre-deux idéal entre l'email parfois impersonnel et le SMS souvent trop intime.

Lors de sa présentation, Stewart Butterfield, CEO de Slack, expliquait à The Verge que les personnes pouvaient même inscrire leur lien d'invitation "sur leur profil Twitter ou l'insérer dans un QR code sur leur carte de visite". "Cela fonctionne comme le service de messagerie BlackBerry. C'est comme si je vous donnais mon code PIN Blackberry mais lorsque vous m'envoyez un message, je dois toujours d'abord accepter de vous parler", ajoutait-il.

Un risque de messages abusifs
Mais à peine quelques heures après son lancement, l'entreprise a finalement décidé de retirer cette fonctionnalité après avoir reçu de vives critiques sur les risques de harcèlement et de messages abusifs.

Les "DM Slack Connect" n'étaient en effet accompagnés d'aucun mécanisme de modération ou de blocage. Il était par exemple impossible de signaler le message à Slack ou à son administrateur. "Il est irresponsable de créer une telle fonctionnalité sans qu'il y ait de garde-corps pour la sécurité", a déclaré Caroline Sinders, chercheuse spécialisée en IA et fondatrice de l'agence Convocation Design+Research, sollicitée par Vice.

Impossible de bloquer l'expéditeur 
Pire encore, l'invitation était envoyée via l'adresse générique "feedback@slack.com". Ainsi, en bannissant cet expéditeur, tous les messages provenant de Slack – même ceux qui n'étaient pas envoyés par une personne extérieure dont les messages pouvaient être malvenus – étaient bloqués. Un comble pour un outil de messagerie professionnelle.

"Après avoir déployé les DM Slack Connect ce matin, nous avons reçu de précieux commentaires de nos utilisateurs sur la manière dont les invitations par email pourraient être utilisées pour envoyer des messages abusifs ou harcelants", a déclaré Jonathan Price, vice-président des communications et de la politique chez Slack. La décision a été donc prise de supprimer "la possibilité de personnaliser un message lorsqu'un utilisateur invite quelqu'un".

Slack n'a pas encore précisé si la fonctionnalité était suspendu définitivement ou si des correctifs allaient lui être apportés pour lui donner une seconde chance. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.