Meta investit 2,5 millions de dollars en Europe pour soutenir la recherche autour du métavers

Comment les technologies du métavers vont-elles interagir avec la vie privée ? Comment assurer la sécurité des utilisateurs et l'inclusion ? Pour réfléchir autour de ces sujets, et d'autres encore, Meta investit 2,5 millions de dollars en France et en Europe auprès d'université, think tank, et autre laboratoire de recherche.

Partager
Meta investit 2,5 millions de dollars en Europe pour soutenir la recherche autour du métavers

Meta poursuit ses investissements dans le métavers. L'entreprise a annoncé le 7 décembre 2022 investir 2,5 millions de dollars pour soutenir la recherche académique dans sept pays européens dont la France. Le but : étudier les opportunités et les défis dans le métavers et notamment comment les technologies du métavers interagissent avec la vie privée, la sécurité, l'inclusion, et le futur du travail.

Quelles conséquences sur la réglementation ?

Dans l'Hexagone ce sont la Chaire Gouvernance et Régulation de l'Université Paris Dauphine ainsi que le think tank Renaissance Numérique qui sont concernés par les investissements. Sont également soutenus dans le cadre de ce financement des instituts et université situés en Allemagne, Italie, Pologne, Suède, Espagne, et aux Pays-Bas.

Les chercheurs de l'Université Paris Dauphine étudieront les enjeux économiques et sociétaux du métavers ainsi que leurs conséquences en matière d’encadrement réglementaire et de gouvernance. "A travers une analyse en profondeur des défis soulevés par le métavers en matière d’identité et de vie privée, de droits de propriété, de sécurité individuelle et collective, d’ouverture et de concurrence, nous entendons mettre en lumière les amendements potentiellement nécessaires du cadre européen ainsi que les initiatives à prendre en matière de gouvernance par les acteurs impliqués dans le développement du métavers", commente Eric Brousseau, professeur d’économie et de management, directeur scientifique de la Chaire Gouvernance et Régulation, dans un communiqué.

Le think tank Renaissance Numérique, quant à lui, devra organiser des ateliers avec des experts internationaux pour discuter des opportunités autour du métavers dans une approche centrée sur l’utilisateur, ainsi que des défis sociétaux, économiques et juridiques entourant son déploiement.

Meta investit massivement

Ce n'est pas le premier investissement de Meta sur ce sujet en France. En partenariat avec L'Oréal, Meta a lancé un nouveau programme d’accélération de start-up dédié à la créativité dans le métavers au sein de Station F. En partenariat avec Simplon cette fois, une Académie du Métavers a été lancé à Marseille afin de former des concepteurs et développeurs en technologies immersives et des techniciens support et assistance.

L'entreprise investit massivement dans le domaine de la réalité virtuelle et augmentée depuis plusieurs années déjà. Elle imagine le métavers comme un ensemble d'espaces virtuels qui sont interconnectés et dans lesquels différents utilisateurs peuvent partager des expériences immersives en 3D et en temps réel. L'idée derrière est de pouvoir passer d'un jeu vidéo à un autre, ou d'une activité à une autre, en conservant le même avatar et la même interface. Le tout très simplement.

Meta insiste sur le fait que les technologies rendant le métavers possibles devront être inclusives et que les utilisateurs devront se sentir en sécurité pour les utiliser. Il est nécessaire que les entreprises et les entités publiques collaborent sur ces sujets "puisqu'aucune entreprise ne possédera et n'exploitera le métavers", selon Meta. D'où la nécessité de réfléchir sur les questions entourant ces technologies en construction. Surtout que les problèmes de harcèlement, déjà très présents sur les réseaux sociaux, devraient également l'être dans le métavers. Tout comme les problèmes liés aux agressions sexuelles ou les discriminations envers certaines communautés.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS