Meta s'apprête à lancer un rival décentralisé de Twitter

La maison mère de Facebook veut surfer sur les polémiques autour de Twitter, promettant une plateforme "gérée de manière sensée". Ce réseau sera lié à Instagram afin de tirer profit de son immense base d'utilisateurs.

Partager
Meta s'apprête à lancer un rival décentralisé de Twitter

Le projet de rival de Twitter se précise chez Meta. Jeudi 8 juin, la maison mère de Facebook, Instagram et WhatsApp a partagé des informations en interne, au cours d’une réunion organisée avec l’ensemble des salariés, rapporte le site américain The Verge. Cette étape confirme que le projet a dépassé le stade de simple expérimentation, même si aucune date de lancement n'est avancée.

En mars, après la publication d’informations dans la presse, la société avait confirmé qu'elle "explorait" l'idée de lancer un "réseau social décentralisé pour partager des mises à jour textuelles". Baptisé Project 92 pour le moment, celui-ci pourrait finalement s’appeler Threads — comme le nom donné à une série de tweets d’un utilisateur sur le même sujet.

Screenshots présentés jeudi par Meta devant ses employés, et révélés par The Verge


Plateforme gérée de manière sensée

Ce réseau représente une “réponse à Twitter, a expliqué Chris Cox, le directeur des produits de Meta. “On a entendu que des créateurs et personnalités publiques souhaitent disposer d'une plateforme gérée de manière sensée, à laquelle ils peuvent faire confiance”, a-t-il poursuivi, en référence directe aux multiples polémiques autour d’Elon Musk, le nouveau propriétaire du réseau social à l’oiseau bleu.

Le responsable de Meta a aussi mis l’accent sur "la sécurité, la facilité d'utilisation, la fiabilité" et sur la volonté de proposer aux personnalités ou aux créateurs un "lieu stable pour construire et développer leur audience". Chris Cox a indiqué que plusieurs célébrités ont promis d’utiliser le service, expliquant par ailleurs que des négociations sont en cours avec Oprah Winfrey, la star de la télévision américaine, et le dalaï-lama.

Lié à Instagram

Le réseau sera lancé comme une application indépendante des autres plateformes de la société. Mais il sera aussi lié à Instagram. Ses deux milliards d’utilisateurs actifs mensuels n’auront ainsi pas à créer de nouveaux comptes, ni à rebâtir leur liste d’abonnées et de personnes à suivre. Cela n’est cependant pas un gage de réussite : plusieurs projets annexes lancés par Meta ont échoué à attirer une forte audience par le passé.

Contrairement à Facebook, Instagram et Twitter, un réseau décentralisé n’est pas hébergé par une seule entité mais sur une multitude de serveurs indépendants. Il n’est donc pas contrôlé par une unique entreprise, qui peut décider seule des règles, comme la politique de modération ou l’algorithme qui sélectionne les messages à afficher, et qui capte l’intégralité des profits.

Fuite des utilisateurs

Le concept est notamment défendu par Jack Dorsey, l’un des fondateurs et ancien patron de Twitter, qui a lancé en février sa plateforme BlueSky. Si l’idée est séduisante sur le papier, elle se heurte à deux problèmes majeurs. D’abord, une complexité technique qui rend ces réseaux bien moins faciles à manœuvrer pour leurs utilisateurs. Ensuite, l’absence d’un modèle économique ayant fait ses preuves.

Ces derniers mois, plusieurs plateformes tentent d’attirer les utilisateurs qui ont fui Twitter, depuis son rachat en octobre 2022 par Elon Musk pour 44 milliards de dollars. Mais personne n’a pas encore véritablement réussi à s’imposer. Après avoir enregistré un fort pic d’inscriptions, Mastodon a connu une forte chute de son activité. Les réseaux plus récents, comme Post et Cohort, restent encore extrêmement confidentiels.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS