Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

MicroEJ : Editeur de logiciels et d’outils pour systèmes embarqués

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Création en 2007 à Nantes

Effectifs : 30 personnes

CA : N.C

Levée de fonds : 3 millions d’euros en 2011

IS2T développe une machine virtuelle Java qu’elle complète avec des logiciels de partenaires (système d’exploitation temps réel, protocoles de communication, interface homme-machine…) pour offrir une plateforme complète, sorte d’Android optimisée aux objets connectés. Ici, pas besoin de processeur sophistiqué comme dans les smartphones. Un vulgaire microcontrôleur à moins de 2 euros suffit. Le mérite de la plateforme MicroEJ d’IS2T est de masquer la diversité des configurations matérielles-logicielles en déconnectant l’application du microcontrôleur. "Entre les microcontrôleurs, les systèmes d’exploitation temps réel, les piles de logiciels génériques ou les compilateurs, il existe près de 500 millions de combinaisons possibles, estime Fred Rivard, le dirigeant fondateur de la société. Avec la plateforme, on s’affranchit de cette diversité pour se concentrer sur le développement de l’application. Et quand on change de microcontrôleur, on reprend l’application avec peu d’adaptation."

STMicroelectronics fournit la plateforme d’IS2T avec tous ses microcontrôleurs STM32, et des accords sont en vue avec NXP et Texas Instruments. La pépite est engagée dans le projet du plan industriel sur l’embarqué visant à faire émerger d’ici à 5 ans une plateforme française pour objets connectés. Elle vend sa solution sous forme de licence et se rémunère en touchant des redevances sur les produits vendus. Elle équipe déjà 1 million de produits vendus et 30 millions à venir. Parmi ses 75 clients, figurent Atlantic (chauffage électrique), Delta Dore (Domotique) et NKE (électronique marine). "Nous avons du mal à satisfaire la demande", confie Fred Rivard, qui voit sa société une ETI de plus de 250 personnes dans 5 ans. IS2T a levé 3 millions d’euros en 2011. La concurrence va être rude. Elle compte non seulement le Suisse Myriad et Applix au Japon, mais aussi quatre géants américains : Google (avec Android Wear), Oracle (avec ME8 et SE8), IBM (avec J9) et Microsoft (avec Windows Embedded Compact).

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale