Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Microsoft booste son cloud et peut traduire tout Wikipedia en 0,1 seconde

Microsoft accélère son cloud, Azure. Pas avec des GPU ou des puces dédiées à des applications spécifiques (ASIC), mais avec des circuits logiques programmables (FPGA). Leur flexibilité permet au géant de Redmond de les reprogrammer à mesure que les algorithmes changent, et les rend aptes à accomplir tous types de tâches. En ligne de mire : les applications liées à l'intelligence artificielle.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Microsoft peut traduire tout Wikipedia en 0,1 seconde
Microsoft booste son cloud et peut traduire tout Wikipedia en 0,1 seconde © Microsoft

A sa conférence Ignite, qui s'est déroulée du 26 au 30 septembre 2016 à Atlanta, Microsoft a dévoilé une initiative hardware sans précédent pour son cloud Azure : l'installation de circuits logiques programmables (baptisés FPGA pour "field-programmable gate array") dans tous ses datacenters. Ce projet, dénommé Catapult, visait à l'origine à accélérer Bing. Les puces FPGA peuvent être reconfigurées logiciellement pour être adaptées à un type spécifique de calcul, ce qui a permis dans ce cas précis de multiplier par 40 la vitesse d'exécution des algorithmes de Bing par rapport à des processeurs à usage général (GPU).

 

Les circuits reprogrammables, moins efficaces mais plus flexibles

Ce qui est hors du commun, c'est que les FPGA sont typiquement réservés au prototypage et à l'expérimentation mais ne sont pas utilisés en production. Normalement, une fois qu'une entreprise a créé l'architecture qui lui convient, elle met au point une puce à usage dédié. Ces ASIC (Application specific integrated circuit) sont monnaie courante. La puce HPU (Holographic Processing Unit) qui équipe HoloLens en est une. Les puces TPU (Tensor Processing Unit) que Google a mis au point pour doper l'intelligence artificielle dans ses serveurs en sont une autre. Un ASIC a l'avantage d'une plus grande miniaturisation et donc d'une consommation énergétique.

 

Accélérer l'intelligence artificielle

Seul problème : les algorithmes utilisés par Bing changent tous les mois, et une puce ASIC, très spécifique par sa nature, serait vite obsolète. C'est pourquoi les équipes s'en sont tenues au FPGA, qui peut être reprogrammé à loisir. Après ce succès avec Bing, les ingénieurs du projet ont installé ces mêmes circuits dans tous les datacenters Azure de Microsoft. Ils aident à accélérer le trafic réseau au sein d'Azure et serviront bientôt pour Office 365. A l'avenir, ils pourraient même s'appliquer aux services d'intelligence artificielle d'Azure (machine learning, computer vision...).

 

Tout Wikipedia traduit en 0,1 seconde

Preuve de ces performances, l'ingénieur à la tête du projet Catapult a fait la démonstration lors de la conférence Ignite d'une traduction automatique de l'intégralité du site Wikipedia (en langue anglaise), soit 3 milliards de mots, par ce système. La traduction n'a pris que 0,1 seconde. D'après lui, la puissance de calcul est de l'ordre de "l'exascale", c'est à dire qu'elle dépasse un milliard de milliards d'opérations par seconde.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale