Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Microsoft construit un supercalculateur pour les prévisions météorologiques du Royaume-Uni

Prévision des événements météorologiques extrêmes et modélisation du changement climatique sont au programme du superordinateur que va mettre en place Microsoft. L'entreprise a été sélectionnée par le Met, le service national britannique de météorologie, dans le cadre d'un programme qui doit s'étendre sur 10 ans.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Microsoft construit un supercalculateur pour les prévisions météorologiques du Royaume-Uni
Microsoft construit un supercalculateur pour les prévisions météorologiques du Royaume-Uni © Unsplash / Hello Lightbulb

Le Met Office, le service national britannique de météorologie, se rapproche de Microsoft pour peaufiner et améliorer ses estimations météorologiques. Les partenaires ont annoncé ce jeudi 22 avril 2021 avoir signé un accord sur 10 ans pour construire un supercalculateur pour les prévisions climatiques et météorologiques qui sera basé au sud du Royaume-Uni. Dans le cadre de cet accord, Microsoft a déjà reçu 1,2 milliard de livres sterling de la part du gouvernement britannique.

Microsoft avait dévoilé en 2019 avoir construit l'un des supercalculateurs les plus puissants du monde pour OpenAI. Hébergé dans le cloud, cette machine dispose de plus de 285 000 cœurs CPU et plus de 10 000 GPU. Il est dédié à l'entraînement de modèles d'intelligence complexe à l'aide de très larges sets de données. Une précédente réalisation qui a sans doute aider à séduire le Met Office.

Mieux prévoir les événements extrêmes
Le système, qui doit entrer en fonctionnement dans le courant de l'été 2022, sera dans le Top 25 des meilleurs supercalculateurs dans le monde et deux fois plus puissant que n'importe quel autre d'entre eux aux Royaume-Uni. Hébergé sur la plateforme cloud Microsoft Azure, il permettra au Met Office d'améliorer ses prévisions météorologique en se basant sur une quantité importante de données. Des modèles plus détaillés pourront être combinés avec un nombre croissant de scénarios et des données environnementales et sociales plus nombreuses.

Au-delà des capacités de calcul, les partenaires vont se baser sur l'expertise du Met Office et ses différentes archives. Une des idées et de mieux prévoir et localiser les événements extrêmes, qui sont de plus en plus fréquents, comme les tempêtes, les chutes de neige ou encore les inondations. Ces informations pourront être transmises aux services de secours afin d'améliorer leur réponse.

Commercialiser de nouveaux services
Le service météorologique britannique compte aussi réaliser des modélisations et des simulations autour du changement climatique. La précision et l'exactitude de ces modèles pourra aider à l'établissement de nouvelles politiques publiques afin de lutter contre le changement climatique et d'atteindre l'objectif de zéro carbone en 2050.

Grâce à ces données, le Met espère pouvoir participer à améliorer la conception des villes et de l'infrastructure des transports publics. Des industriels pourront aussi innover et commercialiser de nouveaux services. Par exemple, des données plus précises concernant le vent et les températures pourraient aider le monde de l'aviation à réduire la consommation énergétique des avions. Les partenaires espèrent avoir des retomber financière de plus de 13 milliards de livres sterling pour le Royaume-Uni au cours des 10 années de ce projet.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.