Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Microsoft dévoile Teams, son 'Slack-killer'

Vidéo Microsoft a officiellement levé le voile sur Teams, sa riposte aux applications de chat par équipe et plus spécifiquement à Slack, la star du secteur. Le géant de Redmond compte sur son intégration avec ses autres produits et services, et notamment la suite bureautique Office 365, pour détrôner la start-up.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Microsoft dévoile Teams, son 'Slack-killer'
Microsoft a dévoilé Teams le 2 novembre 2016 © Microsoft/Capture YouTube

Microsoft a présenté officiellement le 2 novembre 2016 sa réponse à Slack, l'étoile montante de la discussion par équipe en entreprise. D'abord nommée Skype Teams au cours de son développement (des fuites dans la presse avait révélé son existence le mois dernier), elle s'appelle finalement Microsoft Teams et reprend la recette qui a fait le succès de son concurrent : intégration avec des services d'entreprises tierces, archivage de toutes les discussions et, bien sûr, présence d'émoticônes et autres gifs animés.

 

Constat d'échec pour Yammer ?

Ce nouveau produit représente un certain aveu d'échec pour Yammer, un réseau social d'entreprise que Microsoft a racheté en 2012 pour 1,2 milliard de dollars. Même si ce dernier est utilisé par un certain nombre d'organisations (bien que Workplace by Facebook lui conteste désormais ce marché), il ne répond pas aux besoins que comblent les services de messagerie instantanée comme Slack ou HipChat. La démocratisation du télétravail et l'articulation de ces applications autour du principe d'équipe, permettant des interactions plus spontanées et moins formelles que l'email (et plus collaborative qu'un simple chat par Skype ou Hangout), est au coeur de leur succès.

 

L'intégration avec Office 365, un atout majeur

Pour s'imposer face aux stars du secteur, Microsoft Teams s'appuie sur son intégration à la suite bureautique Office 365, dans laquelle elle est incluse par défaut pour les éditions business et entreprise. Elle permet notamment de collaborer à plusieurs sur un même document, d'accéder à Power BI ou de lancer une visioconférence Skype for Business d'un simple clic. Teams diffère également de Slack par son interface, et notamment l'utilisation d'un système de fil de discussion, qui permet de savoir plus clairement qui répond à quoi. Microsoft mettra aussi à profit sa plateforme conversationnelle (utilisant des bots) sur Teams, comme elle le fait déjà avec Skype et comme le fait Slack avec ses propres bots.

 

Présentation de Microsoft Teams en vidéo

 

 

 

Slack ironise mais n'est pas serein

L'application sera lancée officiellement au cours du premier semestre 2017 et sera disponible dans 18 langues et 181 pays. Elle sera comme Slack disponible sur ordinateurs, web, et smartphones (iOS, Android, Windows). En réponse à l'annonce et avant même qu'elle n'ait lieu, Slack s'est payé le même jour une pleine page de pub dans le New York Times sous forme de lettre ouverte dans laquelle l'entreprise félicite Microsoft pour son arrivée sur le marché tout en ironisant sur les faiblesses qu'elle perçoit dans son offre et son approche.

 

Slack y dit entre autres qu'il ne suffit pas de copier ses fonctionnalités pour connaître son succès, qu'il faut avoir une plateforme ouverte, qu'il faut y travailler avec amour et pas juste par profit, etc. Une réponse qui sonne un peu creux et qui indique surtout que la start-up prend pleinement la mesure du danger que représente Microsoft Teams. Elle peut au moins compter sur un avantage : le fait qu'elle soit disponible gratuitement à n'importe qui (dans une version bridée), alors que Microsoft Teams ne le sera qu'aux organisations disposant d'un abonnement Office 365 adéquat.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media