Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Microsoft : les premiers objets connectés sécurisés par Azure Sphere sortiront fin 2019

Azure Sphere, le projet de Microsoft pour sécuriser l'Internet des objets se porte bien. L'entreprise a signé des partenariats avec une dizaine de constructeurs et prévoit une arrivée des produits sur le marché d'ici Noël 2019. Son objectif : frapper fort au CES 2020.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Microsoft : les premiers objets connectés sécurisés par Azure Sphere sortiront fin 2019
Bernard Ourghanlian, Directeur Technique et Sécurité chez Microsoft France. © Bernard Lachaud - Microsoft

Microsoft a profité de l’édition 2019 du Forum international de la cybersécurité, qui se tient à Lille les 22 et 23 janvier, pour donner des nouvelles de son projet Azure Sphere. Dévoilé l’année dernière lors du salon RSA 2018, il a pour objectif de fournir aux constructeurs une solution de sécurisation clé en main pour les objets connectés.

 

Il regroupe un microcontrôleur hybride (combinant les capacités d’un processeur ARM Cortex-M pour le temps réel et d’un Cortex-A pour l’applicatif de haut niveau), d’un système d’exploitation Linux customisé et d’un service cloud de sécurité.

 

Une dizaine de partenaires ODM

L'Usine Digitale s'est entretenue avec Bernard Ourghanlian, directeur technique et sécurité chez Microsoft France, pour faire le point sur l'avancement du projet. "Nous avons signé une dizaine de partenariats avec des ODM, qui utilisent le silicium de nos partenaires", explique-t-il. Pour rappel, un ODM (Original Device Manufacturer) est une entreprise qui fabrique des produits en marque blanche pour le compte d'une autre.

 

Aucune marque française n'est concernée pour le moment, mais il faut dire qu'il en reste peu dans les secteurs visés, notamment celui de l'électroménager. "Nous ne pouvons pas encore communiquer les noms, mais il s'agit de marques allemandes, taïwanaises, coréennes et chinoises qui sont couramment vendues en France," poursuit Bernard Ourghanlian.

 

Arrivée sur le marché à Noël 2019... avec un objectif CES 2020

Les premiers échantillons de ces objets connectés (machines à laver, réfrigérateurs…) arriveront sur le marché aux alentours de Noël 2019. "Nous souhaitons les voir présenter en grand volume à cette occasion, car l'enjeu est aussi d'avoir une présence forte au prochain CES", confie le directeur. Plus pragmatiquement, ce délai est aussi le résultat du cycle de production industriel et de la phase de développement logiciel significative que nécessite l'utilisation de la puce hybride.

 

Leoni veut connecter ses câbles

Mais "objet connecté" ne veut pas seulement dire "smart home". Microsoft a également signé un partenariat important avec Leoni, un grand fabricant de câbles allemand (4,92 milliards d'euros de revenus en 2017). L'entreprise, qui fournit tous types de marchés (réseaux électriques, automobile, industrie, pour les câbles sous-marins …), souhaite doter ses câbles d'intelligence pour prévenir les vols et faire du monitoring à distance. D'autres clients prospectifs émanent du monde de l'automobile (composants embarqués) ou de la robotique industrielle.

 

"L'idée est de rassurer les entreprises concernant l'IoT pour casser les appréhensions autour de la connectivité", reprend Bernard Ourghanlian. Il imagine un cas d'usage dans lequel un revendeur d' électroménagers pourrait faire de la maintenance à distance sur ses produits en marque blanche, par exemple en effectuant des diagnostics avant d'avoir à dépêcher un technicien chez le client.

 

Un projet ouvert dont le business model repose sur le cloud

Fidèle à sa stratégie d'ouverture lancée depuis plusieurs années, Microsoft se veut le plus ouvert possible avec Azure Sphere. La composante hardware a été libérée, ce qui permet à des entreprises tierces (notamment Qualcomm) de développer indépendamment leurs propres fonctionnalités. Quant à la partie logicielle, Bernard Ourghanlian annonce qu'elle sera publiée sur GitHub très prochainement.

 

Microsoft se concentre en ce moment sur la partie cloud et notamment sur la gestion de flotte à très grande échelle avec jumeau numérique pour chaque objet. Car ce sont sur les gros volumes de vente que se situent les enjeux commerciaux (du côté Azure). Mais même là, si le service de mise à jour de sécurité cloud (gratuit pendant 10 ans) passe forcément par Azure, rien n'empêche les clients d'utiliser un autre prestataire cloud pour le reste.

 

Avis aux intéressés, Microsoft est actuellement demandeur de retours sur Azure Sphere. Le projet est disponible publiquement en version "preview" pour la partie OS et cloud, et des composants de prototypages sont vendus une dizaine de dollars par Seeed Studio.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media