Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Microsoft préparerait un émulateur pour faire tourner les applications PC sur smartphones

Microsoft travaillerait sur un émulateur x86 pour processeurs ARM afin de pouvoir enfin exploiter l'écosystème applicatif historique de Windows sur smartphones. Un développement tardif mais qui pourrait augurer d'un retour timide sur le marché de la mobilité après le fiasco Nokia.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Microsoft préparerait un émulateur pour faire tourner les applications PC sur smartphones
Microsoft préparerait un émulateur pour faire tourner les applications PC sur smartphones © Microsoft

Malgré ses efforts, Microsoft n'a pas su s'imposer comme l'acteur de référence dans les systèmes d'exploitation pour smartphones. Le leader des OS pour ordinateurs a raté le tournant des écrans tactiles (sur lesquels il avait pourtant misé très tôt), et s'est fait devancer par Apple (avec iOS), puis Google (avec Android), lors de l'avènement des smartphones modernes et de leurs magasins d'applications. Face à la réticence des développeurs tiers envers sa plateforme et à la difficulté de remonter la pente sur un marché déjà acquis aux concurrents, Satya Nadella, à peine nommé CEO de l'entreprise, a préféré arrêter les frais.

 

Microsoft n'a pas dit son dernier mot pour autant. Sur Twitter, l'utilisateur "WalkingCat", connu pour sa sagacité quant aux projets de l'entreprise de Redmond, a révélé l'existence d'un émulateur (nom de code: Cobalt) capable de faire fonctionner des programmes compilés pour les processeurs x86 sur des processeurs ARM64. Il ferait partie de la prochaine mise à jour majeure de Windows 10 (qui en sera la troisième), dont la sortie est prévue à l'automne 2017. Cette révélation met en évidence une stratégie de retour sur le marché, à la fois pour les smartphones mais aussi les tablettes ARM.

 

 

Une évolution hardware défavorable à Microsoft

Les processeurs x86 utilisent un jeu d'instruction spécifique et représentent aujourd'hui l'ensemble du marché PC. Ils englobent les produits d'Intel et d'AMD. L'architecture ARM est différente et provient de l'entreprise du même nom (rachetée en juillet dernier par le japonais SoftBank pour 31 milliards de dollars). ARM ne fabrique pas de microprocesseurs lui-même, mais vend sa propriété intellectuelle sous forme de licence à d'autres entreprises. La quasi-totalité des constructeurs de smartphones utilisent aujourd'hui des puces basées sur l'architecture ARM, qu'elles proviennent de Qualcomm, d'Apple ou de Samsung.

 

Ces puces ont l'avantage d'être plus efficientes énergétiquement, et donc plus adaptées à une utilisation mobile, sur batterie, que celles en x86. Le problème pour Microsoft, c'est que tout son écosystème historique est en x86. Quand les smartphones ont supplanté les ordinateurs en tant que plateforme informatique la plus utilisée, l'éditeur s'est retrouvé démuni.

 

Le vrai potentiel de Continuum

L'entreprise a développé dès 2012 une version complète de Windows tournant sur ARM, mais sans applications tierces, elle n'avait que peu de valeur (d'où l'échec de la première tablette Surface non "Pro"). La possibilité d'émuler ces programmes change la donne. N'importe quelle application Windows pour PC pourrait en théorie fonctionner sur smartphone. La stratégie de Microsoft avec Continuum, qui permet à un smartphone d'être utilisé comme un PC, prendrait alors tout son sens. Un "Surface Phone" très haut de gamme dédié aux professionnels pourrait faire son apparition. Il combinerait les applications Windows traditionnelle, les applications Windows "universelles" (pour PC, smartphones, HoloLens, IoT, etc.) et autres conversions venues d'iOS ou de web apps.

 

L'architecture ARM, futur de l'informatique ?

Au-delà des téléphones, ce développement est stratégique pour d'éventuels appareils mobiles utilisant Windows Holographic (HoloLens fonctionne avec un processeur Intel), voire des tablettes ou même des ordinateurs portables d'entrée de gamme (pour faire face aux Chromebooks de Google). L'hypothèse d'un smartphone sous processeur x86 serait également toujours d'actualité pour Microsoft, même si Intel s'est retiré du marché mobile après des années d'échec. Reste que les processeurs ARM connaissent une dynamique bien plus forte que ceux en x86 ces dernières années, et que s'y adapter au mieux pourrait être à long terme une question de survie pour Microsoft.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale