Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Microsoft promet de garder les données de ses clients européens au sein de l'Union européenne

Brad Smith, président de Microsoft annonce que les clients pourront d'ici la fin de l'année 2021 stocker et traiter l'ensemble de leurs données au sein de l'Union européenne. Cet engagement, intégré dans le nouveau plan "EU Data Boundary for the Microsoft Cloud", a pour objectif de rassurer les utilisateurs des solutions Microsoft en réponse à l'invalidation du Privacy Shield. Pourtant, cette annonce ne résout pas tout. En tant qu'entreprise américaine, Microsoft reste soumis au Cloud Act.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Microsoft promet de garder les données de ses clients européens au sein de l'Union européenne
Microsoft promet de garder les données de ses clients européens au sein de l'Union européenne © Windows/Unsplash

Microsoft poursuit sa stratégie visant à rassurer ses clients européens à la suite de l'invalidation du Privacy Shield cet été, ce texte qui autorisait le transfert des données personnelles entre l'Europe et les Etats-Unis.

Plus besoin de déplacer les données
Dans un billet de blog, Brad Smith, le président de Microsoft, annonce que les clients européens pourront stocker et traiter l'ensemble de leurs données au sein de l'Union européenne "d'ici la fin de l'année prochaine". Par conséquent, ils n'auront plus à déplacer leurs données en dehors de l'UE pour utiliser les services Cloud de Microsoft, explique-t-il. 

Ce changement s'inscrit dans un nouveau plan baptisé "EU Data Boundary for the Microsoft Cloud", qui a pour ambition de répondre aux craintes des clients européens sur la localisation de leurs données. En réalité, comme le précise Brad Smith, Microsoft proposait déjà à ses clients le choix de stocker leurs données au sein de l'UE et de nombreux services du Cloud Azure pouvaient déjà être configurés dans ce sens. Cette possibilité est désormais étendue à Azure, Microsoft 365 et Dynamics 365.

Le plan de Microsoft sera alimenté par des investissements dans le déploiement de data centers supplémentaires sur le Vieux Continent. En Europe, l'entreprise américaine en compte 13 en Allemagne, Autriche, Danemark, France, Grèce, Irlande, Italie, Pays-Bas Norvège, Pologne, Espagne, Suède et Suisse

Dédommager les clients en cas de divulgation
Brad Smith affirme que Microsoft a toujours pris les devants lorsqu'il s'agissait de protéger les données de ses clients. La société avait été la première à réagir aux recommandations du Comité européen de la protection des données (EDPB). Elle avait ainsi promis de dédommager ses clients en cas de divulgation illégale de leurs données à un gouvernement et de contester toute demande. 

Les annonces de Microsoft permettent de clarifier la situation pour les entreprises et les organismes qui utilisent ses solutions. Mais elles ne règlent pas tout, loin de là. En effet, l'entreprise américaine reste soumis au Clarifying Lawful Overseas Use of Data (Cloud) Act. Ce texte permet aux autorités américaines d'ordonner la divulgation de données stockées en Europe par des organismes américains. C'est d'ailleurs l'un des arguments avancés par la Cour de justice de l'Union européenne lors de l'invalidation du Privacy Shield.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.