Microsoft rachète la division mobile d'un Nokia en déclin, une bonne affaire ?

Le géant américain Microsoft a annoncé le rachat de la division mobile de Nokia pour un montant de 5,44 milliards d'euros. Un montant jugé "raisonnable" et qui confirme la stratégie de Microsoft de persévérer dans les smartphones, même si le succès ne sera pas forcément au rendez-vous.

Partager
Microsoft rachète la division mobile d'un Nokia en déclin, une bonne affaire ?

5,44 milliards d'euros : c'est la somme que Microsoft a accepté de débourser pour acquérir la division mobile de Nokia. "C'est un montant raisonnable par rapport à ce qu'ils obtiennent avec cette acquisition : l'accès au portefeuille de brevets et la chaîne de fabrication", estime Olivier Rafal, analyste chez PAC (Pierre Audoin Consultants).

Skype racheté 6 milliards d'euros en 2011

En réaction à cette opération annoncée ce mardi 3 septembre, de nombreux observateurs rappelaient qu'en 2011 Microsoft avait racheté Skype, spécialiste de la téléphonie par ordinateurs, pour 8,5 milliards de dollars, soit près de 6 milliards d'euros. "Skype avait une valorisation plus élevée car c'était une étoile montante parmi les acteurs de l'internet. Nokia, à l'inverse, est sur le déclin", explique Olivier Rafal.

La valeur de Nokia en Bourse n'a en effet cessé de décliner depuis l'époque où le groupe finlandais dominait le marché des téléphones portables. En 2000 et avec une valorisation dépassant les 200 milliards d'euros, Nokia s'imposait comme l'une des plus grosses capitalisations boursières en Europe. Elle représente moins de 7,5 milliards aujourd'hui.

Une dégringolade boursière qui se poursuivait malgré le succès relatif de sa gamme de smartphones Lumia. En août dernier, une note particulièrement pessimiste des analystes de Berstein prévoyait par exemple un troisième trimestre "désastreux" pour le fabricant, contribuant à faire reculer un peu plus le cours de son action.

Microsoft veut persévérer dans le marché des smartphones

Microsoft n'a donc pas dû trop puiser dans ses réserves de cash pour s'offrir Nokia. Mais comme le souligne Olivier Rafal, le groupe américain confirme également sa capacité à investir dans des marchés jugés stratégiques où le groupe compte s'imposer sur le long terme.

"Dans l'optique de persévérer dans le marché des smartphones, ce choix apparaît comme logique, indique l'analyste. Les deux groupes avaient déjà des liens industriels et personnels, le PDG de Nokia, étant un ancien de Microsoft et un proche de Steve Ballmer".

Stephen Elop est d'ailleurs préssenti pour succéder à Steve Ballmer. Mais saura-t-il réussir chez Microsoft ce qu'il n'est pas parvenu à faire chez Nokia ?

Julien Bonnet

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS