Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Microsoft, Salesforce, Adobe, Oracle et SAP devancent Google et IBM dans le logiciel à la demande

Étude Selon TBR, Microsoft, Salesforce, Adobe, Oracle et SAP émergent comme les cinq principaux gagnants de la bataille du logiciel vendu dans le cloud. A coup d’acquisitions, ils sont en train d’accroître leur domination sur le marché. Au grand dam de Google et IBM, deux acteurs majeurs mais à la traîne.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Microsoft, Salesforce, Adobe, Oracle et SAP devancent Google et IBM dans le logiciel à la demande
Le service Office 365, moteur de la croissance de Microsoft dans le cloud © Microsoft

La course dans le logiciel vendu en tant que service cloud (SaaS pour Software as a service) aborde un tournant. Selon le cabinet TBR, cinq éditeurs sont en train de gagner la bataille : Microsoft, Salesforce, Adobe Systems, Oracle et SAP. L’année 2017 devrait consolider leur victoire. Sur un marché estimé à 72 milliards de dollars dans le monde, en croissance de 20%, ils devraient porter leur part à 45,6%, contre 40,8% en 2016. Ils confortent ainsi leur domination, creusant le fossé qui les sépare des autres éditeurs du marché.

 

Course aux acquisitions de pure players du cloud

TBR établit un parallèle avec la situation sur le marché du cloud d’infrastructure (IaaS pour Infrastructure as a service) et de plateforme (Platform as a service) où quatre acteurs sont en train d’asseoir leur domination : Amazon Web Services, Microsoft, IBM et Google. La consolidation, qu'a connu ce segment, avec la sortie ou le repositionnement d’acteurs comme Hewlett Packard Entreprise, Verizon, CenturyLink ou Rackspace, est en train de battre son plein dans le logiciel à la demande.

 

 

La course aux acquisitions de pure-players du SaaS alimente la croissance rapide des grands leaders. Le problème c’est que, après le rachat de Concur par SAP, Demandware par Salesforce et NetSuite par Oracle, les cibles potentielles de taille intermédiaire deviennent de plus en plus rares. TBR recense quatre sociétés susceptibles de se faire racheter par Microsoft, Salesforce, Oracle ou SAP : Workday (5200 personnes et 1,7 milliard de dollars de chiffre d’affaires en 2017), ServiceNow (3700 personnes et 1,4 milliard de dollars de chiffres d’affaires en 2017), Zoho (5000 personnes et 1,5 milliard de dollars de chiffre d’affaires en 2017) et Box (1400 personnes et 400 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2017). A terme, ce type d’éditeurs disparaîtra du marché pour ne laisser que deux types d’acteurs, prévoit le cabinet. D’un côté, les leaders dominés par les grands éditeurs traditionnels de logiciels. De l’autre, des petits acteurs pure players du SaaS positionnés sur des marchés niches.

 

IBM dans la spirale du déclin

Paradoxalement, Google, qui a été l’un des pionniers du logiciel dans le cloud avec son service de collaboration et communication en ligne (baptisé aujourd’hui G Suite), apparait en retrait, et ce malgré une forte croissance (+37% attendue en 2017). Le géant d’internet peine à tenir la course avec le service concurrent Office 365 de Microsoft, avantagé par l’omniprésence de Windows et de la messagerie Exchange dans les entreprises.

IBM sort comme le grand perdant du basculement du logiciel sur le modèle du cloud. Le géant informatique américain, pourtant au coude-à-coude avec Oracle dans le logiciel, derrière le numéro un incontesté du marché, Microsoft, n’arrive que huitième dans le SaaS en 2016. Avec une progression de moins de 5%, quatre fois inférieure à celle du marché, il devrait tomber à la dixième place en 2017. Voilà qui ne va pas arranger les affaires du groupe englué depuis cinq ans dans la spirale du déclin.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale