Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Microsoft se lance dans les services à l’aéronautique

L’aéronautique doit se mettre à l’heure numérique. C’est le credo de Microsoft, qui vient de lancer une offre complète destinées aux industriels du secteur. L’américain s’est entouré de start-up françaises pour élaborer son offensive.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Microsoft se lance dans les services à l’aéronautique
Microsoft se lance dans les services à l’aéronautique © D.R.

Du numérique à tous les étages ! Dans le développement d’un avion bien sûr, mais aussi sur la chaîne de production, la maintenance des équipements et même la vente des sièges. Tel est le leitmotiv de l’équipe française de Microsoft qui vient de lancer une offre destinée aux acteurs de l’aéronautique : elle vise à démocratiser les technologies du numérique tout au long du cycle de vie de l’appareil. Un "parcours aéronautique", présentant toutes ces solutions, a même été mis en place fin septembre au siège du groupe à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) pour convaincre les industriels qui viendraient le visiter .

"Notre objectif est de proposer une offre globale, sans coutures, explique Christophe Conche, l’un des responsables de cette nouvelle offre chez Microsoft. Nous avons utilisé des technologies existantes et nous les avons adaptées à l’aéronautique." Le dynamisme du secteur, porté par un carnet de commandes mirobolant, aura poussé le géant américain à se tourner vers cette industrie où les opérations manuelles et les méthodes classiques de négociations sont encore largement utilisées.

Plus de numérique, moins de temps de cycles

Argument massue de Microsoft : le numérique permet de réduire les temps de cycles entre les commandes et les livraisons des appareils. L’entreprise ne s’est pas lancée seul. L’américain met en œuvre son système d’exploitation maison Windows. Pour le reste, il est allé à la pêche aux compétences. Il s’est associé à l’ingénieriste Sopra pour son expertise métier dans l’aéronautique. "Il a fallu environ six mois pour établir ce scénario aéronautique", affirme Youssoupha Diop, directeur de l’innovation aéronautique chez Sopra. Quant à la maquette numérique 3D, qui sert de base de référencements pour chaque pièce d’avion, elle provient de Dassault Systèmes.

Pour chaque brique technologique, Microsoft s’est associé à une poignée de PME françaises innovantes. Des exemples ? Itekube, une PME basée à Caen (Calvados) qui propose une table tactile géante pour les lieux publics a intéressé Microsoft : cette solution est parfaitement adaptée aux chaînes de production. "Elle résiste aux chocs, aux liquides et l’écran tactile qui repose sur la technologie infrarouge peut être utilisé avec des gants", précise Gautier Confiant, spécialiste au Centre des Innovations de Microsoft France.

Vers la maintenance prédictive

Avec Laster Technologies, PME de Courtabœuf (Essonne) spécialisée dans les lunettes et les solutions de réalité augmentée, Microsoft propose un support numérique pour les phases de maintenance et de production voire de formation des compagnons. La surimpression de la vision numérique d’une pièce sur la pièce réelle ouvre la voie à des opérations simplifiées. Quant à la société bordelaise Immersion, elle s’est retrouvée dans l’offre de Microsoft pour sa table tactile immersive idéale pour mener des négociations avec les compagnies aériennes (coloris de l’appareil, type de tissus pour les sièges…).

Microsoft ne compte pas s’arrêter là : aux industriels, le groupe vante les mérites économiques de la maintenance prédictive des appareils. Autrement dit, en intervenant avant même que les pannes aient lieu, on peut là encore faire des économies. Et il faut pour cela passer par la gestion des big data. "Un motoriste peut avoir à gérer des téraoctets de données sur l’ensemble de ces moteurs, argue Adrien Cayrac, spécialiste big data au Centre des Innovations de Microsoft France. Prévoir les pannes permet d’augmenter leur durée de vie et de limiter le nombre d’arrêts au sol." 

Et là encore, Microsoft assure pouvoir répondre à ce type de besoins. La solution numérique de Microsoft va maintenant devoir convaincre le monde industriel. Des discussions ont commencé avec les donneurs d’ordre (Airbus, Dassault Aviation et Safran) et des fournisseurs de rang un.

Olivier James

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media