Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Microsoft Teams arrive dans Office 365 : le jeu des 5 différences avec Slack

Microsoft lance officiellement à grande échelle son outil de travail collaboratif Teams, qui fait partie d'Office 365. Ce clone de Slack mise sur l'intégration d'outils de la suite Office et sur des capacités de machine learning pour se différencier de la concurrence.
mis à jour le 15 mars 2017 à 09H21
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Microsoft Teams arrive dans Office 365 : le jeu des 5 différences avec Slack
Microsoft Teams arrive dans Office 365 : le jeu des 5 différences avec Slack © Microsoft

Plutôt que d'aligner les milliards de dollars pour racheter Slack, l'outil de travail collaboratif à succès, Microsoft a préféré développer sa propre version du logiciel. "Teams" (c'est son nom) est testé par des milliers d'entreprises depuis le mois de décembre 2016. Il est désormais disponible au sein d'Office 365 pour les entreprises dès ce 14 mars, dans 181 pays et dans 19 langues. Chaque client disposant au minimum d'un abonnement "Business essentials" (à partir de 4,20 euros par utilisateur par mois) pourra utiliser l'application sans surcoût. Cela représente environ 80 millions d'utilisateurs actifs potentiels.

 

Un nouveau pilier d'Office 365

Teams devient un des trois piliers de la suite Office, au même titre qu'Outlook pour les mails et que Yammer, le réseau social d'entreprise. Teams intègre aussi par défaut un synchronisation avec le service de stockage cloud OneDrive. Les différents "groupes de l'entreprise" (formés par service, ou par projet) pourront communiquer de plusieurs façons au sein d'une même interface : chat écrit, conversation vocale et vidéo (grâce à l'intégration de Skype for Business).

 

Les habitués de Slack ne seront pas dépaysés par l'interface de Microsoft Teams : les mêmes principes d'ergonomie sont repris, mais avec la charte graphique de la suite Office. Quelques différences distinguent néanmoins le leader du travail collaboratif de son nouveau (et puissant) challenger. Nous en avons identifié cinq majeures.

 

1. Des réactions à l'intérieur des conversations

C'est un petit détail mais qui fait la différence : sur Slack, impossible de répondre directement à un message lorsqu'un autre commentaire a déjà été posté à sa suite. Il faut réagir en bas de la discussion, quitte à être décalé par rapport au dialogue qui s'est développé, ou lancer un "Thread" pour bifurquer sur une conversation annexe. Slack permet aussi de réagir par "emojis" à un message. Teams permet de créer de vrais fils de discussions, avec davantage de ramifications et de commentaires intermédiaires sans dévier de la conversation principale.

 

2. Un système d'onglets

Sur Teams, on navigue de façon verticale, dans une discussion et entre groupes, mais aussi de façon horizontale, avec des onglets. Il est ainsi possible de connecter des outils externes et des applications métiers aux différentes chaines d'un groupe, comme un organisateur de tâches (façon Trello), un outil de visualisation (Powerpoint), ou un onglet de prise de notes (OneNote). L'ensemble des fichiers rattachés à une chaine sont consultables dans une même fenêtre. Microsoft prévoit aussi d'intégrer des applications externes par le biais de "connecteurs" comme des CRM, des outils de service clients...


3. Des bots exportables

Microsoft veut mettre le paquet sur les bots, les interfaces conversationnelles automatisées. "On va monter rapidement à 150, et ce chiffre doublera d'ici la fin de l'année", promet Alexandre Cipriani, chef de produit Office 365 Entreprises.


Parmi les premiers robots qu'il est possible d'intégrer à des conversations (mais tous ne sont pas en langue française), on compte T-bot, sorte d'assistant pour effectuer ses premiers pas dans Teams, Kayak, pour rechercher des billets d'avion, ou encore Polly pour créer un sondage rapidement… Les entreprises pourront aussi développer leurs propres bots en utilisant le Bot Framework de Microsoft. Avantage : un bot développé pour un usage interne sur Teams pourra être décliné pour des usages externes, sur le site web d'une entreprise, sur Facebook Messenger ou sur Skype. Il sera donc possible de faire d'une pierre trois coups.


4. Un "graph" commun à la suite 365

En intégrant Teams à Office 365, Microsoft assure une continuité entre l'usage des emails (Outlook), des messages instantanés (Teams), de la vidéo (Skype) et des messages du réseau social d'entreprise (Yammer). Tous ces outils reposent d'ailleurs sur un socle commun qui assure une interopérabilité totale. Il est donc possible de commencer une discussion par mail, de la poursuivre sur Teams, sur PC, sur smartphone, de consulter l'agenda des membres d'une équipe dans Calendar pour caler une réunion… Grâce au "Microsoft Graph", il sera plus facile de retrouver un échange quel que soit l'outil et d'utiliser du machine learning pour explorer en profondeur les contenus d'une équipe, tous supports confondus, promet Microsoft. Et avec la perspective d'une connexion avec la base de données LinkedIn (racheté par Microsoft), le potentiel est énorme.


5. Un abonnement "tout inclus"

Teams est inclus par défaut à l'offre Office 365 dès l'abonnement Business Essentials. Il n'existe pas de palier tarifaire lié au nombre d'utilisateurs (jusqu'à 999 maximum par équipe) ou au volume de messages archivés. En comparaison, Slack propose une offre gratuite aux fonctionnalités limitées et une option payante (6,67 dollars par utilisateur et par mois) pour débloquer la limite de messages archivés (au delà de 10 000), permettre l'accès d'invités externes à des "teams" (ce que "Teams " ne permet pas encore) et des options d'administration plus poussées.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Gael Paquet
16/03/2017 11h19 - Gael Paquet

La différence la plus fondamentale est que Slack permet d'intégrer des membres extérieurs à l'organisation. Impossible de travailler avec son éco-système avec Teams pour le moment. J'imagine que Microsoft travaille sur ce sujet.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale