Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

"Miliboo est avant tout une entreprise très technologique", Guillaume Lachenal, CEO

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Fondé à Annecy en 2007, le site d'ameublement Miliboo fête cette année ses 10 ans. Pour ne pas se laisser manger par ses concurrents (des pure players et des mastodontes du meuble), l'e-marchand mise sur la technologie. Dernière innitiative en date : un partenariat avec Dassault Systèmes pour proposer à ses clients une expérience en réalité virtuelle. Interview de Guillaume Lachenal, son cofondateur et CEO.

VR, meubles connectés, moteur 3D... Miliboo fête ses 10 ans et ne compte pas se laisser marcher sur les pieds
Au mois de mai prochain, Miliboo va commercialiser Ekko, son premier meuble connecté. © Miliboo

L'USINE DIGITALE : AUJOURD'HUI, Dix Ans après votre création, QUI SONT VOS principaux CONCURRENTS ?

Guillaume Lachenal : Lorsque nous avonss lancé Miliboo il y a dix ans, il n'y avait que deux ou trois petits acteurs, des microsociétés comme nous. Tous les grands mastodontes du meuble ne croyaient pas au e-commerce. Cette époque est loin derrière nous. Nos concurrents sont les grands acteurs français et européens du meuble qui ont, aujourd'hui, parfaitement pris le virage du e-commerce. Il y a aussi quelques pure players, comme Made in design, qui vend des meubles de designer haut de gamme, ou Made.com, qui est pile dans notre segment puisqu'ils conçoivent, eux aussi, leurs propres meubles.

 

COMMENT VOUS DIFFÉRENCIEZ-VOUS ?

G. L. : L'immense différence, c'est que nous avons fait le choix de stocker tous nos produits (environ 2300 références, ndlr). C'est très lourd au niveau logistique mais cela nous permet d'expédier une commande le jour-même, si le produit est acheté avant 15h. Nous avons pour cela adopté une configuration hybride. Nous avons un prestataire de service pour la logistique. En revanche, nous avons développé notre propre WMS (système de gestion d'entrepôt), et notre propre logiciel d'expédition. Notre logisticien (une PME basée à Fos-sur-Mer dans les Bouches-du-Rhone, ndlr), nous apporte du temps homme et des mètres carrés. Notre force, c'est donc la disponibilité produit.

 

TOUS LES RETAILERS METTENT L'ACCENT SUR LA PERSONNALISATION POUR AMÉLIORER L'EXPÉRIENCE CLIENT. QUELLE EST VOTRE STRATÉGIE EN LA MATIÈRE ?

G. L. : Nous avons lancé la personnalisation avec le programme Up to you dès 2010, avec comme première proposition la possibilité de personnaliser un tabouret de bar. De fait, une immense partie de la zone logistique est dédiée à Up to you. Pour comprendre la façon dont nous fonctionnons, il faut connaître notre philosophie et notre ADN. Miliboo est avant tout une entreprise très technologique.

 

Justement, OÙ SE TROUVE LA TECHNOLOGIE CHEZ MILIBOO ?

G. L. : La technologie a toujours été présente chez Miliboo. Nous avons porté un regard nouveau sur le meuble pour proposer des produits modulaires, capables d'évoluer avec le nouveau style de vie des gens. Nous avons dû réinventer la façon dont les meubles étaient fabriqués et nous sommes allés jusqu'à fabriquer nos propres machines de production. Cela nous a permis de réduire au maximum le temps entre le moment où le meuble est dessiné et le moment où il sort d'usine. C'est un aspect très technique, mais qui reste invisible pour nos clients. Sur la partie e-commerce, nous sommes aussi les premiers à avoir proposé un moteur 3D, qui permet de visualiser un meuble sous toutes ses dimensions. Nous avons aussi créé des algorithmes d'analyse de comportements pour pousser des suggestions. Nous avons une cellule R&D en interne et avons été labélisés entreprise innovante par OSEO (aujourd'hui Bpifrance, ndlr).

 

APRÈS AVOIR OUVERT UNE PREMIÈRE BOUTIQUE CONNECTÉE À PARIS EN 2014, VOUS VOUS APPRÊTEZ À EN OUVRIR UNE DEUXIÈME À LYON, avec son lot d'innovations…

G. L. : Oui, nous n'avons pas encore arrêté de date. Ce sera au mois de juin ou en septembre 2017. Nous avons pris du recul sur notre premier magasin pour penser une nouvelle génération de boutique. Plusieurs nouvelles technologies seront dévoilées dans cette boutique lyonnaise. Nous allons notamment proposer un système d'immersion, développé en partenariat avec Dassault Systèmes, qui permet aux clients de s'immerger dans leur appartement et de visualiser les meubles Miliboo à l'intérieur de chez eux à partir d'un casque de réalité virtuelle HTC Vive. Cette nouvelle expérience sera aussi proposée à Paris et elle sera disponible sur quelques centaines de références pour commencer. Nous allons aussi déployer un système qui permet de visualiser à 360 degrés les produits du catalogue Miliboo à l'échelle 1 et de zoomer sur les produits, uniquement avec vos gestes grâce à des capteurs de mouvements.

 

VOUS ALLEZ AUSSI Y COMMERCIALISER VOTRE MIROIR CONNECTÉ EKKO. QUELLE EST VOTRE STRATÉGIE SUR CE SEGMENT DU MEUBLE CONNECTÉ ?

G. L. : En tant qu'utilisateurs nous sommes de plus en plus connectés. Notre comportement a changé mais notre environnement est resté le même. Quand je pose mon téléphone en entrant chez moi sur la commode d'entrée, ce n'est pas normal qu'il ne se recharge pas tout seul par induction. Nous sommes partis de ce constat et regardons comment nos meubles peuvent répondre aux besoins de nos clients sans être dans le gadget. Le miroir connecté doit permettre de remplacer l'utilisation de notre smartphone qui n'a rien à faire dans une salle de bains. L'utilisateur peut accéder à de l'information, se connecter à son compte Facebook, écouter la radio ou encore visualiser des tutos de maquillage.

 

Le miroir connecté sera commercialisé à partir de mai. Nous nous n'attendions pas à rencontrer un tel succès. Je ne peux pas vous dévoiler le nombre de précommandes mais nous en avons enregistrées suffisamment pour devoir repenser notre capacité de production afin d'apporter plus d'agilité dans le circuit d'approvisionnement. Les sous-ensembles seront fabriqués à l'étranger mais l'intégration se fera en France pour que nous puissions être agiles et travailler avec des niveaux de stocks bas.

 

Nous travaillons aussi sur un canapé dont l'accoudoir est entièrement tactile pour pouvoir contrôler la télévision, la musique. Nous avons déployé une démonstration dans notre boutique parisienne pour recueillir les avis de nos clients. Nous sommes dans une approche itérative et ne comptons pas devenir exclusivement un fabricant de meubles connectés.

 

ENVISAGEZ-VOUS D'exploiter LES DONNÉES GÉNÉRÉES PAR CES MEUBLES CONNECTÉS ?

G. L. : Nous ne revendrons jamais les données de nos utilisateurs à des entreprises tierces. Ce n'est pas dans ma philosophie et je suis personnellement contre. En ce qui concerne l'utilisation des données pour notre propre activité, peut-être mais c'est encore trop tôt pour le dire. Ce sera, en tout cas, jamais sans l'accord de l'utilisateur et il faudra même que ce soit à son initiative. L'idée serait éventuellement de comprendre l'utilisation d'un meuble pour en améliorer la conception. Ce serait logique d'impliquer nos clients dans cette démarche car il y a un esprit très communautaire et un attachement très fort à la marque.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

mick
31/03/2017 13h48 - mick

non!... ce n'est pas gadget d'avoir un miroir connecté dans la salle de bains pour remplacer son smartphone!!!! pour quoi faire ? se couper en se rasant?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale