Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Milipol 2015 : Un centre d'entraînement virtuel pour les forces de l'ordre

Vidéo La transformation numérique ne se trouve pas toujours là où on l'attend. En témoignage le V-300, un simulateur high tech conçu pour fournir aux forces de l'ordre un entraînement plus vrai que nature.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Milipol 2015 : Un centre d'entraînement virtuel pour les forces de l'ordre
Deux visiteurs testent l'un des scénarios du V-300 sur le stand de Meritis au salon Milipol 2015. © Julien Bergounhoux

Au salon Milipol 2015, dédié à la sécurité intérieure des états, l'équipementier suisse Meritis présente le simulateur V-300 dédié à l'entraînement des forces de l'ordre. Fabriqué par l'entreprise américaine VirTra, le V-300 utilise un système de rétroprojection à 300° (d'où son nom) dans une salle d'environ 25 mètres carrés pour reproduire le plus fidèlement possibles les conditions réelles d'intervention. Il en existe aussi des versions plus basiques, comme le V-100 ou le V-180.

 

Le système se compose de 5 écrans de 3 x 2,3 mètres chacun sur lesquels sont projetés des images en résolution 1080p, 5 caméras de tracking, une station de contrôle avec deux écrans et 6 ordinateurs. Il est également associé à des kits (chargeurs équipés de cartouches de CO2 pour le retour de force et système optique de simulation de tir) qui permettent d'adapter rapidement n'importe quelle arme pour l'utiliser dans le simulateur.

 

Plus vrai que nature

La particularité du simulateur de VirTra est qu'il met en scène des scénarios vidéos réalisés avec de vrais acteurs pour reproduire au mieux les situations rencontrées sur le terrain. Et ces scénarios ne sont pas seulement prédéfinis : ils peuvent être créés de toute pièce. Même les comportements des personnages peuvent être modifiés au sein d'un même scénario.

 

Le but : s'assurer d'un niveau de tension proche des conditions réelles. Le système est aidé en cela par un appareil qui se fixe à la ceinture. Lorsque l'utilisateur est atteint par une balle, il subit une forte décharge électrique. De quoi rester en alerte. L'instructeur a ensuite accès à un débriefing complet et peut repasser le scénario étape par étape pour souligner les points à améliorer.

 

 

Adopté par la CIA et le FBI

Le système est par ailleurs suffisamment précis – avec une déviation de 2 mm sur 2 km – pour servir à l'entraînement au tir de précision. L'entraînement va de la gestion des lampes torches (dans l'obscurité) et des commandes verbales à celle des fusils d'assaut en passant par tout type d'arme de poing ou même de pistolet incapacitant type Taser. Sa fidélité le rend notamment utilisable lors des examens de qualifications des forces de l'ordre aux Etats-Unis, et il est utilisé depuis plusieurs années par des agences fédérales prestigieuses comme le FBI ou la CIA.

 

Le simulateur présente de multiples intérêts par rapport aux alternatives comme le stand de tir classique ou l'entraînement grandeur nature. Il prend moins de place et ne nécessite pas d'organisation complexe ou de matériel de protection. Malgré son prix de départ élevé (entre 500 000 et 2 millions d'euros suivant la configuration), il permet aussi de diminuer les coûts à la longue en n'utilisant pas de munitions.

 

Ci-dessous une vidéo de démonstration du V-300 :

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media