Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Mixité, accompagnement, déséquilibres locaux : la French Tech face à ses défis

Étude L’éditeur de logiciels HubSpot dévoile ce mercredi 26 juin 2019 son dernier rapport dressant un état des lieux et les perspectives de la tech en France. Si la French Tech a un avenir prometteur, elle doit néanmoins surmonter certains défis qui pèsent encore sur le potentiel du secteur. Les principaux chiffres à retenir.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Mixité, accompagnement, déséquilibres locaux : la French Tech face à ses défis
Mixité, accompagnement, déséquilibres locaux : la French Tech face à ses défis © SMG

On ne présence plus la French Tech ni la vision de la start-up nation chère à Emmanuel Macron. La première initiative, lancée en 2013, compte désormais parmi les écosystèmes d’innovation les plus dynamiques à l’échelle mondiale. La France est la 4e destination préférée par les talents européens et attire 8,1% de cette population de travailleurs en 2018. C’est également le deuxième pays d’accueil des entrepreneurs américains, avec 22% de ses entreprises numériques venues des États-Unis. "Grâce aux allègements fiscaux consentis sur les investissements réalisés en Recherche et Développement, la France offre un soutien considérable aux entreprises du secteur des technologies", analyse Matthieu Vaxelaire, PDG de Mention, une plateforme de veille des réseaux sociaux.

 

"En l’espace de quelques années, des efforts considérables, privés comme publics, ont été entrepris afin d’attirer les investissements d’entreprises et de séduire les meilleurs talents étrangers", résume Hubspot dans un rapport publié ce mercredi 26 juin 2019 et intitulé "L’état et le futur de la tech en France". Parmi les dispositifs salués, le French Tech Visa, le French Tech Ticket ou encore la création de labels régionaux thématiques et de Tech Hubs à l’étranger.

 

Plus de 10 000 start-up françaises

Pour dresser un état des lieux de la tech en France et son positionnement à l’international, HubSpot présente des données sectorielles et les analyses d'acteurs clés de l'écosystème technologique français, parmi lesquels Station F, Aircall, ou encore Paris Région Entreprises. La France se positionne dans le top 3 des économies européennes aux côtés de ses concurrents historiques, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Elle compte, en 2019, 6 licornes (Blablacar, OVH, Deezer, Criteo, Vente Privée et Doctolib), près de 10 000 start-up et 8 start-up pour 1 000 habitants en 2018. "Le nombre de créations de start-up en France a bondi de 30% entre 2012 et 2015, contre 3% de croissance pour la création d’entreprises traditionnelles", poursuit Hubspot. Les jeunes pousses sont ouvertes sur les marchés internationaux, avec la moitié des revenus générés à l’étranger.

 

Dans le même temps, 77% des Français considèrent que ces entrepreneurs représentent un modèle d'inspiration pour le reste de la société. Un optimisme également présent chez les dirigeants d’entreprise, qui sont 55% à prédire l’augmentation de l’attractivité de la French Tech dans les 3 prochaines années, contre 27% en 2017. Autre donnée significative, une augmentation des effectifs des salariés dans la tech de 7,3% de 2017 à 2018.

 

L’IA, point fort de l’Hexagone

Le rapport précise que la France est le premier pays européen en nombre de brevets déposés dans l’intelligence artificielle, entre 2011 et 2016. "Alors que la Grande-Bretagne et l’Allemagne attirent davantage d’investissements pour la FinTech, l’intelligence artificielle est un secteur privilégié par les start-up françaises, il est en effet boosté par des initiatives nationales ou régionales telles que AI for Humanity ou IA 2021 qui visent à positionner la France en tant que leader dans ce domaine". En 2017, le secteur des applications et technologies représentait 178,5 millions d’euros d’investissement contre 114,9 millions pour la FinTech en France, positionnant ce secteur en 5e position du top sectoriel en montants levés.

 

Des disparités sur le territoire

Avec près de 50% de l’écosystème digital français, Paris et l’Île-de-France sont les chefs de file de la French Tech. 2 807 millions de dollars d’investissement ont été captés en 2018 par Paris, deuxième hub du secteur du numérique en Europe derrière Londres. Cependant, "pour atteindre son plein potentiel, le secteur doit promouvoir une meilleure collaboration entre régions", nuance le rapport. "Le potentiel de la France n'est pas exploité à 100%. Il faut encourager l'innovation au-delà de Paris et permettre davantage de synergies entre les régions", ajoute Leila El Azzouzi, Brand Manager France chez Sortlist, une plateforme de mise en relation des entreprises avec les agences marketing. Les levées de fonds illustrent cet enjeu. En 2018, 311 levées de fonds ont eu lieu à Paris, contre seulement 28 à Lyon et 21 à Nantes. Le coût d’installation plus réduit en dehors de la capitale pourrait cependant nuancer le poids de la capitale en augmentant l’intérêt des start-up pour d'autres villes françaises.

 

Autre déséquilibre notable, la présence des femmes entrepreneuses. Seuls 9% des dirigeants de start-up sont des femmes. "Les inégalités entre hommes et femmes sont particulièrement criantes aux étapes de création et de financement des start-up, précise le rapport. On ne retrouve que 22% de femmes dans les  événements Meetups dédiés à la tech en Europe". Pour y répondre, un fonds de 15 millions d’euros, baptisé French Tech Tremplin, a été créé début 2019 afin de soutenir l’inclusion et la diversité dans le monde de la tech. Parmi les autres défis à relever identifiés par les entrepreneurs, un accompagnement plus poussé et des aides pour faciliter leur exportation à l’international.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale