Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Mobility Tech Green accélère sa croissance sur le marché de l’autopartage

Signature de nouveaux contrats en France et en Europe, ouverture d’un incubateur, recrutements… A l’aube de ses 10 ans, Mobility Tech Green fait feux de tous bois.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Mobility Tech Green accélère sa croissance sur le marché de l’autopartage
Mobility Tech Green accélère sa croissance sur le marché de l’autopartage © Mobility Tech Green

Alors qu’elle va fêter ses 10 ans en mai 2019, Mobility Tech Green multiplie les projets. La start-up rennaise a développé e-colibri, une solution permettant aux entreprises et collectivités de gérer leurs flottes de véhicules en autopartage. Elle a clos son exercice 2018 sur un chiffre d’affaires de 4 M€, contre 3 M€ en 2017. Et espère atteindre l’équilibre fin 2019, anticipant un chiffre d’affaires de 5,5 M€.

 

Objectif de 10 000 voitures en 2021-2022

Aujourd’hui, sa plateforme gère un parc de 5 500 véhicules en auto-partage. Cette année, le parc devrait être étendu à 7 000 véhicules. Et Mobility Tech Green ambitionne d’atteindre les 10 000 voitures en 2021-2022, en France mais aussi en Europe. "On entre dans une phase de vulgarisation de l’auto-partage. Après les grands groupes on voit aujourd’hui des PME, voire de très petites entreprises s’intéresser à la formule", contextualise Pascal Roux, co-fondateur de Mobility Tech Green. Le dirigeant note que l’utilisation de ce système permet "en moyenne de supprimer 1 voiture sur 4 dans un parc".

Si le marché arrive à maturité en France, la donne est différente à l’export. La PME rennaise a signé de premiers contrats en Suisse, en Belgique, au Luxembourg, en Allemagne et en Italie. "Nous travaillons plus par opportunisme et souvent en marque blanche avec des constructeurs ou des loueurs longue durée", indique Pascal Roux. Parmi ses clients, elle peut citer Orange, Enedis, Assystem mais aussi le Belge Zencar ou Electriceasy en Suisse.


Un incubateur pour rester en veille

En février 2017, la société avait bouclé une levée de fonds de 5,5 M€. Elle a depuis fortement accéléré sa croissance. Ses effectifs sont ainsi passés de 13 salariés, à fin 2016, à 38 salariés à fin 2018. Trois à cinq recrutements sont prévus en 2019. A l’étroit à Rennes, elle a déménagé dans de nouveaux locaux de 700 m2, doublant alors de surface.


Ce déménagement lui permet aussi d’activer un nouveau projet : l’ouverture d’un incubateur. Dans son projet définissant sa stratégique à horizon 2020, Mobility Tech Green veut détecter et accompagner le développement de 5 à 6 startups évoluant qui innovent dans le domaine de la mobilité. "Avec I2M- Intelligence to Mobility, nous confirmons notre volonté de nous concentrer non plus seulement sur l’autopartage, mais bien sur le secteur de la mobilité professionnelle", précise Pascal Roux. Ces start-up pourront tester leurs projets auprès des équipes de Mobility Tech Green et s’ouvrir de nouveaux débouchés en bénéficiant de son écosystème. "Il est clair aussi que cela nous permet d’être en veille sur ce qui se développe sur le marché", ajoute-t-il. Un appel à candidatures va être lancé pour accueillir très rapidement de premières start-ups à Rennes.
 
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale