Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Money 2020] IBM et sept banques européennes montent un consortium autour de la blockchain

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

A l'occasion de la conférence Money 2020, qui se tient du 26 au 28 juin 2017 à Copenhague, IBM a levé le voile sur la plate-forme Digital Trade Chain. Le projet implique sept banques européennes qui misent que les caractéristiques de la blockchain pour faciliter le commerce international des PME et leur faciliter l'accès aux services financiers liés à cette activité. La plate-forme doit être opérationnelle dès la fin de l'année.

IBM et sept banques européennes montent un consortium autour de la blockchain
[Money 2020] IBM et sept banques européennes montent un consortium autour de la blockchain © dr

Faciliter les échanges internationaux pour les petites et moyennes entreprises grâce à la blockchain. C'est l'objectif du consortium Digital Trade Chain, dont l'existence a été officialisée, à l'occasion de la conférence Money 2020, qui se tient du 26 au 28 juin à Copenhague. L'alliance regroupe sept banques européennes (Deutsche Bank, HSBC, KBC, Rabobank, Société Générale, Natixis et Unicredit) autour d'IBM, qui fournit la solution technologique.

 

Faciliter le commerce international des PME

L'écosystème du commerce international est composé de plusieurs acteurs : l’importateur et sa banque, l’exportateur et sa banque, mais aussi des fournisseurs de services comme les transporteurs. Des échanges s'effectuent de manière bilatérale, mais jusqu'à présent il n'existait aucun lieu virtuel où étaient échangées toutes les informations. L'objectif de la plate-forme Digital Trade Chain est donc de faciliter les échanges d'informations au sein de cet écosystème.

 

Les besoins de sécurité, liés à la confidentialité des données, d'immuabilité et de traçabilité des informations ont poussé les différents acteurs à se tourner vers la blockchain, le protocole qui se trouve derrière la crypto-monnaie bitcoin, conçu pour assurer la gestion de l'historique des transactions de manière décentralisée, sécurisée et infalsifiable.

 

 

 

 

 

 

Mettre en place des "smart contracts"

La technologie de la blockchain a également été choisie pour la possibilité de mettre en place des "smart contracts", c’est-à-dire de pouvoir générer automatiquement des contrats à partir du moment où un certain nombre d'événements se sont produits au préalable. "Par exemple, si je suis l'exportateur et que j'émets une facture qui arrive sur la blockchain : l'importateur va approuver la facture et cette approbation pourra donner lieu automatiquement à un paiement de la banque de l'importateur, cette dernière garantissant que l'importateur payera bien à l'échéance mentionnée sur la facture", détaille Thierry Roehm, en charge de la transformation digitale des services de financement du commerce international à la Société Générale et représentant du consortium au sein de la banque française.

 

D'un point de vue technique, la solution s'appuiera sur IBM Blockchain, un logiciel blockchain déployé dans le cloud et qui repose sur le projet open source Hyperledger Fabric, encadré par la fondation Linux. "La solution peut être interfacée avec les systèmes d'information des sept banques via des API et permet aussi de dialoguer avec des fournisseurs externes comme les transporteurs", précise Thierry Roehm.

 

Une plate-forme opérationnelle dès la fin de l'année

Concernant le calendrier, le consortium a été constitué dès janvier 2017. Les premiers tests auprès des PME clientes débuteront cet été et l'objectif est d'industrialiser le service dès la fin 2017 auprès des entreprises clientes des six pays domestiques concernés. "Ce n'est pas une preuve de concept, ni un projet pilote", insiste Thierry Roehm.

 

Plusieurs millions d'entreprises sont donc potentiellement concernées par ce nouveau service, mais selon le spécialiste du financement du commerce international, la question ne tourne pas autour du volume, mais de l'adoption. Le consortium entend donc démontrer la fiabilité et l'intérêt de la solution, puis intégrer au fur et à mesure d'autres banques d'autres pays européens. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale