Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Monoprix dévoile les contours d'un méga entrepôt pour booster son e-commerce non-alimentaire

L’enseigne du groupe Casino a annoncé mardi 10 décembre le développement d’un entrepôt couvrant une surface de 100 000 mètres carrés, réalisé pour le compte de sa filiale logistique Samada, à Moissy-Cramayel. Il sera dédié à l’e-commerce non-alimentaire... Un véritable défi pour Monoprix.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Monoprix dévoile les contours d'un méga entrepôt pour booster son e-commerce non-alimentaire
Monoprix dévoile les contours d'un méga entrepôt pour booster son e-commerce non-alimentaire © Prologis

On savait Monoprix sur les chapeaux de roue en matière d’e-commerce alimentaire. Alors que les regards sont tournés vers Fleury-Mérogis (91) et le futur entrepôt automatisé construit en partenariat avec le Britannique Ocado, c’est à Moissy-Cramayel (77) que sera développé un autre projet logistique, cette fois dédié au non-alimentaire. L’enseigne du groupe Casino a annoncé mardi 10 décembre  la construction d’un entrepôt "clés-en-main" au sein du Parc Prologis Moissy 2 Les Chevrons, dans les Yvelines.

 

Réalisé pour le compte de Samada, sa filiale logistique, il couvrira une surface de 100 000 mètres carrés. La livraison du bâtiment, "première plate-forme de cette ampleur pour l’enseigne urbaine", selon le communiqué, est prévue au cours du deuxième semestre 2021. Une première tranche de 65 000 mètres carrés sera livrée en août 2021, et la seconde, de 35 000 mètres carrés, au mois de décembre 2021. "Cette plate-forme logistique sera destinée au stockage et à la livraison de produits non-alimentaires dans les points de vente en France et sur le site de vente e-commerce", résume le communiqué.

 

Doubler les capacités de stockage

Cet entrepôt doit permettre à l’enseigne de centre-ville de "franchir un nouveau cap dans sa stratégie e-commerce non-alimentaire" et "faire entrer l’activité logistique de sa filière non-alimentaire dans une nouvelle ère". Autrement dit, Monoprix espère bien, via cet outil logistique ultra-moderne, booster ses ventes en ligne sur des marchés en plein développement. L’entrepôt, qui regroupera l’ensemble de ses activités non-alimentaires (mode, textile, décoration, DPH…), pourrait se révéler essentiel dans l’accélération du traitement des commandes, près de deux ans après le rachat du site Sarenza. Un véritable défi pour l'enseigne de proximité qui doit compter sur la concurrence des distributeurs et enseignes spécialisés comme sur celle des généralistes sur ces marchés, et la lutte féroce contre les pure-players, experts en livraison, notamment sur le dernier kilomètre. 

 

"Ce nouvel entrepôt permettra à l’enseigne d’accroître significativement ses capacités de traitement en doublant les capacités de stockage de son site e-commerce", ajoute Monoprix. Des "technologies telles que la RFID", devraient être ajoutées aux process de Monoprix, sans doute pour optimiser la gestion des stocks en temps réel.

 

L’accent a également été mis sur une démarche développement durable, avec la mise en place d’économies d’énergie tels que l’installation d’un système de chaleur par géothermie (Accenta), le pilotage à distance du bâtiment via l’outil EEGLE et l’éclairage full LED dans l’ensemble du bâtiment.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media