Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Mooncard séduit start-up et PME avec sa carte de paiement intelligente

La start-up Mooncard édite une solution de gestion des dépenses en entreprise et des notes de frais. Elle compte aujourd'hui 500 entreprises clientes et entend en séduire 1500 supplémentaires d'ici la fin de l'année.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Mooncard séduit start-up et PME avec sa carte de paiement intelligente
Mooncard séduit start-up et PME avec sa carte de paiement intelligente © Mooncard

Comme Spendesk, Mooncard veut mettre fin au casse-tête des notes de frais en entreprise. Dirigée par Tristan Leteurtre, la start-up a mis au point une solution visant à faciliter les paiements en entreprise.

 

Carte intelligente et Remplissage automatique des notes de frais 

Lancée il y a dix mois, l'offre repose sur une carte de paiement dont les droits peuvent être gérés très finement (possibilité de désactiver la carte sur certaines plages horaires et certaines zones géographiques, autorisation ou non des retraits, etc.) et sur un système de remplissage automatique des notes de frais. "Dès qu'un collaborateur détenteur de la carte effectue un paiement, il reçoit une notification par SMS qui l'invite à prendre en photo le reçu lié à la dépense. Grâce à un accord spécifique avec Mastercard nous sommes capables de récupérer toutes les informations de paiement en temps réel. Une connexion avec les agendas en ligne permet de piocher des informations supplémentaires et de comprendre, par exemple, que cette dépense correspond à tel déjeuner. Nous sommes ainsi en mesure de pré-remplir automatiquement les formulaires de notes de frais", explique l'entrepreneur. L'offre de Mooncard propose également une brique logicielle qui permet de gérer les écritures comptables afin d'éviter les ressaisies.

 

La solution s'adresse aux entreprises comptant entre 5 et 5000 salariés. Aujourd'hui, la start-up revendique 500 entreprises clientes à qui elle a distribué plusieurs milliers de cartes bancaires. Parmi elles, des start-up comme Linxo, Ledger ou Weezevent, mais aussi des entreprises plus traditionnelles, comme le constructeur ferroviaire Socofer par exemple.

 

2000 entreprises clientes d'ici fin 2018

Mooncard tire ses revenus d'un modèle par abonnement, avec une formule de 15 euros par carte et par mois. "Nous récupérons aussi une partie des commissions interbancaires lors des transactions. Lorsque vous avez des volumes assez importants, cela représente une source de revenus non négligeable", précise Tristan LeteurtreLa solution de gestion des écritures comptables est quant à elle proposée en option. Il en va de même pour des services supplémentaires comme l'assurance pour les voyages d'affaires proposée en partenariat avec Allianz. A l'avenir, Mooncard entend étoffer cette gamme de services. "Dans les prochains mois, nous comptons proposer un service de conciergerie et un système de cashback", indique le CEO.

 

D'ici la fin de l'année, Mooncard espère séduire 1500 entreprises supplémentaires et doubler la taille de ses effectifs. Une expansion dans les pays du Benelux est prévue pour 2019. La start-up devra rivaliser avec son concurrent Spendesk, qui a récemment bouclé une levée de fonds de 8 millions d'euros pour doper son déploiement à l'international.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media