Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[CES 2019] Avec Kimea, Moovency prévient les troubles musculo-squelettiques (TMS) en milieu industriel

[UN JOUR, UNE START-UP] Avec Kimea, la start-up rennaise Moovency détecte et prévient les risques musculo-squelettiques que peut induire le travail en milieu industriel. Elle exposera au CES 2019 du 8 au 11 janvier à Las Vegas.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec Kimea, Moovency prévient les troubles musculo-squelettiques (TMS) en milieu industriel
Le logiciel Kimea permet de détecter, prévenir et réduire les TMS dans l’industrie © Moovency

Le CES 2019 sera l’occasion pour Pierre Plantard d’officialiser le lancement commercial de sa solution Kimea. La start-up rennaise a mis au point un outil qui permet d’évaluer l’ergonomie des postes de travail dans l’industrie afin, in fine, de réduire les troubles musculo-squelettiques, communément appelés TMS. "Une caméra de profondeur filme les mouvements de l’opérateur sur la ligne de production. Les images sont ensuite automatiquement analysées afin d’évaluer précisément la pénibilité de la posture. Le tout étant retranscrit visuellement dans notre logiciel", explique Pierre Plantard, docteur en Staps et co-fondateur de Moovency en novembre 2018 avec François Morin et Franck Multon.


La solution Kimea se base sur un algorithme d’analyse développé par Pierre Plantard au cours de sa thèse réalisée au sein du laboratoire Mouvement sport et santé de l’Université de Rennes 2. Il a travaillé avec partenariat avec l’équipementier automobile Faurecia lui permettant de mener, in situ, des tests sur le terrain et valider la pertinence de l’algorithme.

  

Une solution clé-en-main

Durant l’année 2018, Moovency a également bénéficié du programme de maturation de la Satt Ouest Valorisation. "Cela nous avons pu passer d’un prototype de thèse à un produit industrialisable. Nous sommes actuellement en phase de pré-industrialisation et avons démarré de premières démarches commerciales", poursuit Pierre Plantard.

Outre l’automobile, la start_up cible d’autres branches de l’industrie comme l’agroalimentaire, la métallurgie et la logistique. "Des tests opérationnels ont été réalisés chez des prospects comme Jean Rozé ou la SNCF à qui nous proposons une solution clé-en-main regroupant le dispositif de captation d’images l’ordinateur avec le logiciel d’analyse et la formation pour le prendre en main", précise Pierre Plantard, qui s’inscrit également dans une démarche de prestation de services autour de ce dispositif.

 

Se démarquer au CES

Lauréat de l’édition 2018 du programme French IOT de La Poste, Moovency participera pour la première fois au CES à Las Vegas. La start-up entend sonder l’accueil de sa solution sur le marché avec une démonstration pédagogique plus technologique que d’usage. "Avec une captation avec et sans correction de la posture, notre objectif est de montrer la plus value de notre dans la réalisation d’une cotation ergonomique en temps-réel", indique Pierre Plantard, qui entend ainsi se démarquer de la concurrence.


Mais au CES 2019, Moovency présentera aussi une nouveauté : des mitaines connectées pour renforcer la précision des données captées sur les gestes au niveau des poignets. Et comme beaucoup d’autres start-up, Moovency espère bénéficier des retombées médiatiques du salon en France et en Europe, mais aussi au Canada, un pays déjà engagé dans la réduction des TMS.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale