Moteurs de recherche : la Commission européenne maintient la pression sur Google

La Commission européenne n'en a pas encore fini avec Google. Accusé d'écraser le marché des moteurs de recherche et de la publicité sur Internet en Europe, le géant américain devra faire de nouvelles concessions.

Partager
Moteurs de recherche : la Commission européenne maintient la pression sur Google

Google devra faire davantage de concessions pour clore le dossier portant sur un abus de position dominante présumé en Europe dans la recherche et la publicité sur internet au vu des commentaires extrêmement négatifs de ses concurrents sur sa dernière offre, a déclaré la Commission européenne lundi.

Google a révisé ses propositions à trois reprises pour satisfaire Microsoft, ainsi que des éditeurs et des concurrents dans toute l'Europe, qui affirment être exclus des résultats du moteur de recherches, lequel par ailleurs empêcherait, selon eux, les annonceurs de passer sur des plates-formes concurrentes.

Microsoft et des éditeurs européens ont jugé la semaine dernière "catastrophique" l'accord provisoire conclu en février entre Google et l'exécutif européen, dans la mesure où ils estiment qu'il ne fera que renforcer la position dominante du géant d'internet.

fronde anti-google

Au cours des deux derniers mois, 18 sociétés ont réagi à l'intention affichée par le commissaire européen à la Concurrence Jaoquin Almunia de rejeter leurs griefs. "Dans leurs réponses à nos lettres, les plaignants ont soumis de nouveaux arguments et données, dont certains doivent être pris en considération. Nous sommes à présent en contact avec Google pour voir s'il est prêt à proposer des solutions", a déclaré Antoine Colombani, porte-parole de la CE.

"Nous continuons de travailler avec la Commission européenne pour aplanir les préoccupations qu'elle a soulevées", a dit de son côté Al Verney, porte-parole de Google.

Le groupe de pression FairSearch, composé de Microsoft, de l'équipementier des télécoms Nokia et du voyagiste en ligne TripAdvisor, doute du bien fondé des nouvelles propositions de Google. "La Commission doit émettre un communiqué des griefs", dit-il.

Avec Reuters (Wilfrid Exbrayat)

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS