Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Motorola joue la dernière carte de son recentrage

En vendant ses terminaux mobiles d’entreprise à son compatriote Zebra Technologies, Motorola Solutions se recentre sur son métier d’origine : les radiocommunications mobiles professionnelles. Un retour aux sources dicté par la concurrence des smartphones et tablettes grand public. Mais après ?

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Motorola joue la dernière carte de son recentrage
Motorola joue la dernière carte de son recentrage © Motorola Solutions

Après deux ans de relative stabilité, Motorola Solutions renoue avec les cessions d’activité en vendant ses terminaux mobiles d’entreprise à son compatriote Zebra Technologies pour 3,45 milliards de dollars. Il joue ainsi sa dernière carte de recentrage, puisqu’il revient à son métier d’origine : les équipements et services de radiocommunications mobiles privés, connus sous le sigle PMR (Private Mobile Radiocommunications). Désormais, il n’a plus rien à vendre à part lui-même.

Jusqu’ici, Motorola Solutions faisait des terminaux mobiles d’entreprises l’un de ses deux piliers stratégiques de développement. Pour renforcer cette activité, il s’est même lancé dans des acquisitions comme celles de RhoMobile (start-up américaine de portage d’applis mobiles sur différents systèmes d’exploitation) en 2011 ou Psion (spécialiste britannique des PDA durcis) en 2012, alors qu’auparavant il était connu pour ses cessions en série d’activités. Selon le cabinet VDC Research, il est le leader de ce marché avec une part de 42%, loin devant le numéro deux, son compatriote Honeywell (23%).

Plus rien à vendre à part lui-même

En cédant ses terminaux mobiles d’entreprise, Motorola Solutions se déleste d’une activité aux perspectives moroses. Ces produits sont de plus en plus concurrencés par les smartphones et tablettes grand public. Et cet effet se ressent dans les chiffres. Selon VDC Research toujours, le marché, en baisse depuis 2012, a dévissé de 6% en 2013 à 4,1 milliards de dollars. A cela s’ajoute la concurrence de plus en plus forte de nouveaux acteurs aux produits low-cost construits sur le système d’exploitation Android de Google, alors que jusqu’ici Windows de Microsoft était le système d’exploitation de référence sur ce marché.

Chez Motorola Solutions, cette activité a généré 2,7 milliards de dollars de revenus en 2013, en recul de 1,6%. La marge d’exploitation ne dépasse pas les 7%. L’activité PMR pour militaires, police, pompiers, aéroports et autres personnels de sécurité a rapporté 6 milliards de dollars (+0,6%). Outre la stabilité, elle offre l’avantage d’une marge d’exploitation plus confortable de l’ordre de 16%.

Naguère groupe diversifié et puissant, présent dans la télévision, la défense, l’informatique, les télécoms, les équipements automobiles, les systèmes biométriques ou encore les semi-conducteurs, Motorola a désormais vendu toutes ces activités. Son recentrage sur la PMR aujourd’hui le met dans une situation risquée. Soit il réussit à survivre seul, soit il se fera racheter.

Ridha Loukil

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale