Mounir Mahjoubi joue la médiation entre PME et plates-formes du e-commerce

Lors d'une table ronde organisée par le secrétariat d'État au Numérique, plusieurs entrepreneurs dans les PME ont rencontré les représentants de nombreuses plates-formes d'e-commerce (dont entre autres Amazon, Rakuten ou encore Cdiscount) afin de définir une charte d'engagement au dialogue.

 

Partager
Mounir Mahjoubi joue la médiation entre PME et plates-formes du e-commerce

Une médiation entre les petites entreprises françaises et les grandes plates-formes d'e-commerce est-elle possible ? C'est l'espoir que nourrit Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État au Numérique. Le 20 décembre 2018, autour d'une table ronde, il a rassemblé plusieurs représentants de PME et de grands sites d'e-commerce pour résoudre certains conflits et proposer l'écriture d'une charte de bon comportement – en attendant l'arrivée d'une réglementation européenne contraignante.

Galères et paranoïa

Une centaine d'entreprises avaient répondu à l'appel à témoins mis en ligne début novembre par le secrétariat d'État au Numérique et la Direction générale des entreprises. Étaient sollicitées toutes les PME ayant "rencontré des difficultés avec des plates-formes de vente en ligne". Cette collecte de témoignages a permis de "définir des familles de problèmes et d'y apporter des solutions", a déclaré Mounir Mahjoubi en introduction de cette table ronde.

D'après le secrétaire d'État, "la situation majoritaire, sur la centaine de cas qui nous a été signalée, c'est celle du déréférencement, qui peut arriver parfois dans la nuit", sans raison, et qui peut entraîner des licenciements, voire la fin d'une activité. Plusieurs témoignages, lors de la table ronde, ont fait état de la suppression d'un compte sur une plate-forme de vente en ligne, sans justification, qui a entraîné le licenciement de plusieurs employés et, parfois, "la paranoïa" que cela se reproduise. D'autres ont évoqué les "galères" pour récupérer leur stock après la fin d'une collaboration avec une plate-forme : produits ouverts, utilisés, packs abimés… D'autres encore, la surfacturation de frais de livraison ou l'obligation de vendre à perte, pour faire face à la concurrence.

En attendant la réglementation européenne

Mounir Mahjoubi a précisé que "les plates-formes ont toutes accepté de venir à cette table ronde et ont toutes accepté d'apporter des solutions". Étaient présentes, entre autres, Amazon, Cdiscount, eBay, Le Bon Coin, Rakuten… Il a déclaré que déjà "une vingtaine" de médiations étaient en cours et que cinq avaient été résolues.

Cette "étape urgente" ouvre la voie à une "charte sur laquelle les plates-formes vont s'engager à dialoguer avec les PME". Co-construite entre les représentants des PME, les PME et les plates-formes, cette charte – non contraignante – est destinée à fixer des bonnes pratiques de collaboration entre les PME et les plates-formes, en attendant la réglementation européenne "Plateform to business" qui devrait arriver au cours de l'année 2019.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS