Multiplication des cas de Covid-19 dans des entrepôts d'Amazon aux Etats-Unis

Des employés de six entrepôts d'Amazon aux Etats-Unis ont été testés positif au Covid-19. Le géant de l'e-commerce, qui enregistre un nombre record de commandes, souhaite poursuivre son activité. Mais les mesures de protection qu'il prend pour ses employés sont-elles suffisantes ?

Partager
Multiplication des cas de Covid-19 dans des entrepôts d'Amazon aux Etats-Unis

Au dernier décompte, des personnes travaillant dans au moins six entrepôts Amazon différents ont été testées positives au Covid-19, selon TechCrunch. Sont concernés des entrepôts situés à New York, dans le Kentucky, en Floride, au Texas, dans le Michigan et l'Oklahoma. Au vu de l'évolution de la pandémie, il est probable que d'autres cas suivent. Toutefois, Amazon ne prévoit pas d'arrêter ses activités de livraisons. Bien au contraire, car la plate-forme e-commerce reçoit un nombre très important de commandes à l'heure du confinement et de la fermeture des commerces.

Des salariés indemnisés s'ils sont placés en quarantaine

Dans ces conditions, quelles précautions sont prises par Amazon afin de limiter la propagation du virus et soutenir ses employés ? "Nous soutenons les personnes, suivons les directives émises par les autorités locales, et nous prenons des mesures extrêmes afin de s'assurer de la sécurité de tous les employés sur nos sites", assure un porte-parole de la société interrogé par TechCrunch.

Une réponse assez vague alors que d'autres questions se posent. Des masques et gants de protection sont-ils fournis aux employés, ainsi que du gel hydroalcoolique ? Le géant de l'e-commerce ne le dit pas. Amazon assure toutefois que les individus testés positifs sont renvoyés chez eux dans le cadre d'une quarantaine de 14 jours, période durant laquelle Amazon leur verse leur salaire (ce qui n'est pas obligatoire aux Etats-Unis). La société de Jeff Bezos assure aussi avoir renforcé la fréquence de nettoyage de ses entrepôts, des écrans tactiles aux poignées de porte.

Démission de la directrice du site de Saran

En France, le sujet fait également la Une de l'actualité. Le directeur Europe d'Amazon, Roy Perticucci, et la directrice du site de Saran (France), Ana Fernandes, ont récemment démissionné, selon un article paru sur La République du Centre. La décision d'Ana Fernandes ferait suite à son refus d'engager des intérimaires, comme le préconise la politique du groupe afin de répondre à l'afflux de commandes, par crainte de les exposer au Covid-19.

En France, le groupe Fashion3 (Jules, Brice, Pimkie, BizzBee, Rouge-Gorge et Grain de Malice) a décidé de cesser les ventes en ligne. Et les syndicats des enseignes qui, à l'inverse, continuent leur activité, comme La Redoute ou Cdiscount, s'inquiètent de cette décision. Entre sécurité des employés et continuité de l'activité économique, le gouvernement français quant à lui botte en touche, entre mesures de protection officielles et encouragement à la poursuite des activités.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS