Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[MWC 2017] Biowatch, le nouveau chouchou de Visa, permet de payer avec... vos veines

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Vidéo La start-up suisse Biowatch vient de remporter un concours de Visa, organisé à l'occasion du Mobile World Congress 2017 qui se tient jusqu'au 2 mars à Barcelone. La jeune pousse va fournir des prototypes à trois banques françaises... pour des applications de contrôle d'accès dans un premier temps.

Biowatch, nouveau chouchou de Visa, permet de payer avec... vos veines. Et ce n'est pas une blague !
[MWC 2017] Biowatch, le nouveau chouchou de Visa, permet de payer avec... vos veines © Juliette Raynal

Les techniques de biométrie ne se limitent pas à l'empreinte digitale ou à la reconnaissance faciale. La start-up suisse Biowatch a développé un procédé basé sur la reconnaissance de la disposition de veines, propre à chaque individu.

 

Gagnant du concours Visa au MWC

Encore un gadget ? Pas si sûr. Biowatch a été cofondée par Joseph Rice, qui a lui-même breveté ce procédé en 1985, et par Matthias Vanoni, titulaire d'un doctorat en biométrie à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

 

Créée il y a deux ans, la jeune entreprise vient de décrocher un award auprès de Visa, dans le cadre d'un concours organisé au Mobile World Congress 2017, qui se tient jusqu'au jeudi 2 mars à Barcelone. Biowatch remporte ainsi une enveloppe de 25 000 euros et pourra bénéficier d'un accompagnement des équipes du géant du paiement.

 

Une intégration dans les smartwatch

La start-up entend notamment intégrer sa technologie dans les montres connectées. "Au moment où l'utilisateur ferme le bracelet de sa montre, notre dispositif prend une photo de ses veines en infrarouge et l'authentifie. Le système d'authentification s'arrête lorsqu'il n'est plus en contact avec la peau de l'utilisateur", décrit Matthias Vanoni. Le dispositif de biométrie embarque aussi une connexion Bluetooth et NFC, ainsi que des éléments de sécurité pour assurer l'inviolabilité des données.

 

L'entrepreneur imagine une utilisation partout où les paiements sans contact sont utilisés et promet une expérience utilisateur extrêmement simplifiée : "Plus de carte bancaire, ni de smartphone à sortir et à manipuler, ni d'opération particulière à réaliser pour s'authentifier".  Autre avantage, la montre, dotée de cette technologie, pourrait aussi être utilisée pour réaliser des achats en ligne grâce à la connexion Bluetooth.

 

Des prototypes déployés dans quatre banques pour le contrôle d'accès

Biowatch a déjà noué un partenariat avec le fabricant de montre connectée MyKronos et est en discussions avec plusieurs horlogers. "Nous allons également fournir des prototypes au Crédit Agricole, à la BRED Banque Populaire, à BNP Paribas et à la Raiffeisen", confie Matthias Vanoni. 

 

Prudentes, les quatre banques utiliseront, dans un premier temps, cette technologie pour des applications de contrôle d'accès dans leurs bâtiments. Si elles sont convaincues, elles expérimenteront, ensuite, les prototypes pour des applications de paiement et d'e-banking. Biowatch a également noué un partenariat avec un leader du contrôle d'accès. "Cela représente près de 500 millions de clients potentiels", se réjouit Matthias Vanoni.

 

Une levée de 8 millions d'euros avant 2018

Dans les mois à venir, Biowatch espère déployer un environ millier de prototypes pour les applications de contrôle d'accès, puis dès octobre 2017, débuter les opérations de paiement. La start-up espère aussi finaliser une levée de fonds de 8 millions d'euros d'ici la fin de l'année. Elle a déjà levé 2 millions d'euros.

 

Démonstration en vidéo

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale