Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[MWC 2018] Après la ratification du premier standard, la 5G devient enfin concrète

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Après des années d'attente, la 5G prend forme. Au Mobile World Congress 2018, les équipementiers, opérateurs télécom et fournisseurs technologiques ont rivalisé d'annonces et de partenariats autour de ce nouveau marché. Si la Chine et les Etats-Unis devraient goûter à cette nouvelle génération de réseau dès l'année prochaine, l'Europe et la France devront patienter encore quelques années.

Après la ratification du premier standard, la 5G devient enfin concrète
[MWC 2018] Après la ratification du premier standard, la 5G devient enfin concrète © GSMA

Depuis quelques années maintenant, le Mobile World Congress est l'occasion pour toute l'industrie des télécoms de mettre en avant la prochaine génération de réseau cellulaire : la 5G. Un exercice qui relevait jusqu'ici plus de la communication et de la théorie que du concret. Mais les choses sont différentes cette année. Le 3GPP, l'organisation qui chapeaute la création des standards télécoms, a ratifié le 20 décembre 2017 une première série de spécifications intermédiaires, baptisée 5G New Radio (NR). Elle définit entre autres les bandes de fréquence concernées (entre 600 MHz et 50 GHz) et permet aux différents acteurs de l'industrie d'avancer concrètement.

 

Les premiers équipements arrivent

D'autres spécifications suivront en 2018 et 2019, mais ce premier pas permet aux équipementiers télécoms de sortir des produits pré-commerciaux et aux opérateurs d'effectuer de vrais tests. Huawei par exemple a terminé sa conférence du 25 février en dévoilant sa puce Balong 5G01, qui délivre un débit descendant théorique allant jusqu'à 2,3 Gb/s sur les bandes de fréquence inférieures à 6 Ghz et millimétriques. Cette puce équipe deux premiers routeurs commerciaux. Huawei a également annoncé une multitude de partenariats avec des opérateurs autour de la 5G NR, dont le Canadien Telus, l'Australien Optus et le Français Bouygues Telecom. En France, des expérimentations auront lieu dès cette année dans plusieurs sites au sein de la ville de Bordeaux. Sur le salon, le géant chinois s'est aussi fendu d'une démonstration d'interopérabilité avec Intel.

 

Premiers smartphones et PC compatibles 5G dès 2019 ?

Car le roi du CPU compte bien s'imposer dans les modems 5G face à Qualcomm, qui domine éhontément ce marché depuis des années. Il faisait la démonstration sur son stand d'un ordinateur hybride (fortement inspiré d'une Surface Pro) compatible 5G grâce à un modem XMM 8060 et à deux antennes pour ondes millimétriques cachées dans les béquilles de l'appareil. Les premiers ordinateurs 5G arriveront sur le marché dès 2019, d'après Intel.

 

Evidemment, Qualcomm ne compte pas se laisser devancer. L'entreprise a annoncé avoir réalisé avec succès des tests d'interopérabilité 5G NR en Corée, avec KT Corporation et Samsung. Les essais ont été effectués dans les bandes 3,5 GHz et 28 GHz, en utilisant des stations de base précommerciales 5G NR de Samsung et des prototypes 5G NR UE de Qualcomm. Par ailleurs, 18 opérateurs télécom à travers le monde (dont Orange en France) feront des essais 5G NR en 2018 à l'aide du nouveau modem Snapdragon X50 de l'entreprise. Qualcomm table sur une arrivée des premiers appareils compatibles 5G en 2019 : smartphones bien sûr, mais aussi PCs et même des casques AR/VR. Les fabricants de smartphones ne sont pas en reste. Samsung par exemple ne cache pas le fait qu'il travaille sur une plate-forme 5G. Pas sûr cependant qu'elle soit prête à temps pour le Galaxy S10.

 

L'Europe à la traîne dans la mise à niveau des infrastructures pour la 5G

D'autant que les réseaux eux-mêmes risquent de mettre plusieurs années à se mettre à niveau, surtout en Europe. Rajeel Suri, le directeur général du Finlandais Nokia, l'a clairement exprimé dans son allocution sur le salon. Pour lui, la Chine et les Etats-Unis sont très en avance sur le reste du monde en matière de déploiements industriels de la 5G. La Corée du Sud et le Japon les talonnent, tandis que les pays européens sont à la traîne. Il estime que l'Europe ne sera pas massivement 5G avant 2020-2021 au mieux. La faute au coût des abonnements selon lui. Ils sont bien moins chers en Europe, ce qui ralentit l'investissement des opérateurs dans de nouvelles infrastructures.

 

L'autre géant européen des télécoms, Ericsson, s'est concentré sur le potentiel de la 5G, notamment pour les usages liés à l'Internet des Objets. L'entreprise suédoise a également révélé avoir signé 38 accords pour effectuer des essais 5G avec des opérateurs, ainsi que plusieurs contrats de vente d'équipements dont certaines livraisons auront lieu avant la fin de l'année. Parmi les fournisseurs de service concernés, Orange avait déclaré début février qu'il effectuerait une expérimentation technique de la 5G de bout en bout à Lille et Douai entre mi-2018 et mi-2019. Le déploiement commercial débuterait en 2020.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale