Nahibu veut rendre plus courantes les analyses du microbiote intestinal

La start-up de Rennes a mis au point un kit permettant à chacun de mieux connaître sa flore intestinale, qu’elle commercialise en pharmacie. Appuyée par une nouvelle levée de fonds, Nahibu entend poursuivre ses démarches commerciales et de recherches.

Partager
Nahibu veut rendre plus courantes les analyses du microbiote intestinal
Avec son kit, Nahibu veut démocratiser les analyses du microbiote intestinal.

Pour appuyer ses démarches commerciales, Nahibu avait réalisé, en début d’année 2020, une première opération financière réunissant 1,2 million d'euros entre le soutien d’investisseurs privés à hauteur de 500 000 euros, des fonds bancaires et le concours de Bpifrance.

"Nous avons procédé à une autre opération du même montant auprès de banques, d’Ava capital et de business-angels aux expertises diversifiées, dans l’agroalimentaire ou encore la recherche métagénomique et nutritionnnelle", confirme Pierre Cressard, le co-fondateur de Nahibu à Rennes fin 2017. Quatre ans après sa création, la start-up poursuit son ambition : celle de démocratiser les analyses du microbiote intestinal, avec son kit permettant d’obtenir une analyse haute défintin et des recommandations nutritionnelles personnalisées.

Développer les canaux de distribution
Pour ce faire, l’entreprise mise sur un nouveau canal de distribution, complémentaire à la vente initiale en direct sur Internet : les pharmacies. "Un partenariat a été signé au printemps 2021 avec un laboratoire français d’envergure internationale. L’objectif est d’être présent dans 500 pharmacies d’ici fin 2022", indique le dirigeant.

Pour ce projet, sur lequel la start-up travaille depuis un an, elle a notamment fait évoluer sa plateforme web de synthèse des résultats avec des fonctionnalités nouvelles et une expérience utilisateur enrichie. Toujours dans une logique de prescriptions, Nahibu a mis en place un réseau de professionnels affiliés - naturopathes, diététiciens, nutritionnistes – pouvant proposer via son site web des consultations de suivi.

Ce fonctionnement permet aussi une possible prise en charge de l’analyse du microbiote, dont le prix est de 219 euros, par certaines mutuelles. 20 % des ventes sont déjà réalisées hors de France, notamment dans des pays francophones et au Canada. La plateforme est déjà disponible en anglais. Pierre Cressard a déjà noué des premiers contacts avec des distributeurs pour accélérer ce développement à l’export.

Mettre en place des de programmes de recherches
Mais la start-up appuyer les feux sur un autre axe stratégique, en capitalisant sur les données de caractérisation du microbiote dont elle dispose. "Notre cohorte a atteint aujourd’hui une taille critique, nous permettant de lancer de premiers programmes de recherches avec le renfort de compétences à venir en data-sciences", explique Pierre Cressard. La start-up participe déjà à un programme, financé par la région Bretagne, associant le laboratoire Mouvement, Sport, Santé de Rennes 2, l’équipe cycliste espoir de Sojasun et l’équipe de foot du Stade Rennais.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS