Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Naïo Technologies met de l'intelligence artificielle dans ses robots agricoles de désherbage mécanique

La société toulousaine Naïo Technologies, spécialisée dans la robotique agricole, maintient le cap sur la R&D pour rendre toujours plus efficients ses robot de désherbage mécanique. Au programme : le développement d'une nouvelle solution intégrant des outils d’intelligence artificielle pour Dino, son robot destiné au maraîchage de plein champ.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Naïo Technologies met de l'intelligence artificielle dans ses robots agricoles de désherbage mécanique
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, en discussion avec Matthias Carrière, directeur commercial de Naïo Technologies, sous le robot enjambeur Ted, dédié au travail dans les vignes. © MARINA ANGEL

Alors que l’ensemble des filières agricoles et agroindustrielles sont pénalisées par l’annulation de l’édition 2021 du salon international de l’agriculture de Paris et de nombreux autres événements professionnels, Covid-19 oblige, Naïo Technologies, spécialisée dans la robotique agricole peut se féliciter d’un joli coup de projecteur avec la visite, ce jeudi 4 mars, de Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

L'occasion pour les services de l'Etat et de la Région Occitanie d'annoncer l'attribution d'une aide financière, dans le cadre du PIA 3 (Programme d'Investissements d'Avenir), pour accompagner un nouveau projet de R&D. L'objectif est d'améliorer les performances de Dino, le robot destiné au maraîchage de plein champ. "Pour maintenir notre avance sur le marché international, nous devons continuer à creuser l'écart avec nos challengers", souligne Matthias Carrière, directeur commercial de la société. 

Toujours plus de précision et de connectivité
Le projet va mobiliser un budget de 1,2 million d'euros sur douze mois, accompagné à hauteur de 328 000 euros par l'Etat et la Région, pour 164 000 euros chacun. Nom de code : Persee (Perception pour Salade Et Epinard). "Il s'agit de travailler à la mise au point sur le robot d’une solution opérationnelle disruptive pour un désherbage de précision localisé, grâce à des outils d’intelligence artificielle embarqués (supervision par la machine), en interaction avec un système de monitoring humain à distance", explique Marie-Luce Fournié, directrice des opérations chez Naïo Technologies. A la clef : toujours plus de précision et de connectivité.

Déjà capable de désherber entre les rangs, Dino est appelé à se rapprocher au plus près des plants. "A terme, nos travaux visent aussi à travailler sur la data pour aller vers la conduite de flottes de robots. Notre ambition est d'être en capacité d'organiser un travail collaboratif à plusieurs robots sur une même parcelle", précise Marie-Luce Fournié.

70 robots pour 2021
Basée à Escalquens, dans le sud-est toulousain, la société, une des pionnières de la robotique agricole en France, est devenue en quelques années une référence internationale. La société, qui fête ses dix ans cette année, commercialise trois robots de désherbage et de binage autonomes : Oz pour du maraîchage diversifié en petites exploitations, Dino pour les grandes exploitations de plein champ et Ted, un robot enjambeur pour le travail dans les vignes.
 


A ce jour, Naïo Technologies totalise près de 200 robots, en France et à l'international. "C'est à ce jour la plus grosse flotte de robots agricoles autonomes au monde", insiste Matthias Carrière. Après une année 2020 un peu compliquée par les contraintes sanitaires liées au Covid, la société table sur un chiffre d'affaires d'un peu plus de 4 millions d'euros pour 2021. 70 robots devraient sortir des ateliers de Naïo Technologies cette année.

Naïo Technologies emploie actuellement 70 salariés, dont 80% basés à Escalquens, où sont implantés le siège de la société, ses bureaux d'études, son atelier d'assemblage et un site d'expérimentation pour faire évoluer ses robots en situation réelle. La société dispose par ailleurs d'une antenne à Angers et d'une implantation en Californie.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.