Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Nancéo, la fintech qui dématérialise le financement des ventes

Née en février 2015, la start-up Nanceo a investi le marché du financement des ventes, estimé à 100 milliards d'euros par an en France. En partenariat avec Pharmagest, la jeune pépite a développé une plateforme web qui automatise le traitement des demandes de leasing. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Nancéo, la fintech qui dématérialise le financement des ventes
Nancéo, la fintech qui dématérialise le financement des ventes

Nanceo surfe sur le marché du financement des ventes. Pour permettre aux bailleurs d’équipements professionnels de financer plus rapidement leurs ventes, la start-up a lancé la plateforme Leasa. Née en février 2015 en partenariat avec Pharmagest - une entreprise spécialisée dans le développement et la commercialisation de solutions informatiques professionnelles pour les officines et l’industrie pharmaceutique - Nanceo a déjà géré 50 millions d'euros de financement via  7000 factures et réalisé un chiffre d’affaire de 60 millions d’euros. "Nous avons une croissance mensuelle d’en moyenne 25%, précise Michel Constant, fondateur et président de Nancéo. Notre business model est générateur de trésorerie. On récupère les financements des clients. Si un client apporte 25 millions d’euros, on reçoit 25 millions de chiffre d'affaires."

 

Automatiser le leasing

Cette solution de "financement en un clic" est née d’un constat simple : "Les bailleurs pouvaient avoir de carences, ils n’étaient pas tous ouverts à la dématérialisation des flux. Avec Leasa, on numérise les documents et automatise les échanges, c’est un gain d’énergie pour les bailleurs et les apporteurs d’affaires", détaille le président, qui avance un autre avantage : "La start-up est un organisme non régulé. Elle finance les ventes de vendeurs, ce statut nous libère des contraintes de régulation que peuvent avoir les banques".

 

Facilitateur 2.0

Pour développer la plateforme, les partenaires ont investi plusieurs millions d’euros. "Pharmagest a mis à notre disposition des moyens techniques et des développeurs. De mon côté, j’avais le carnet d’adresses. Nous avons convaincu la majorité des bailleurs avec cette solution. On couvre 95% du marché",  témoigne Michel Constant. La plateforme fonctionne comme un facilitateur digital, en quelques clics, une société peut envoyer une demande de leasing (une opération de crédit-bail). Celle-ci est alors transmise à plusieurs établissements financiers que l’algorithme choisi en fonction du montant de la transaction et du type d’équipements demandés.  

 

Aujourd’hui, la start-up finance essentiellement des équipements informatiques et médicaux. "Concernant les équipements matriculés, nous ne sommes pas encore entrés sur ce marché, pour des raisons pratiques". Prochaines étapes pour Nancéo : continuer à s’imposer sur ce marché valorisé à 100 milliards d’euros par an et exporter son modèle dans d’autres pays européens. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale