Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Nancy lance son centre de cybersécurité civil et militaire

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Un pôle régional de formation et d’intervention en cybersécurité vient de voir le jour ce lundi 2 juillet 2018 à Nancy.  L’objectif de ce centre à vocation civil et militaire est, dans un premier temps, de préparer une réserve opérationnelle de 25 personnes susceptibles d’intervenir en cas de cyberattaque majeure.

Nancy lance son centre de cybersécurité civil et militaire
Nancy lance son centre de cybersécurité civil et militaire

Airbus CyberSecurity va livrer d’ici fin 2018 une plateforme équipée d’un logiciel de simulation de cyberattaques au nouveau centre de cybersécurité civil et militaire de Nancy. Ce pôle régional de formation et d’intervention en sécurité informatique a vu officiellement le jour ce lundi 2 juillet 2018 via la signature d’une convention entre la métropole du Grand Nancy et la Base de défense de Nancy, représentant le ministère des Armées.

Le projet initié il y a deux ans témoigne, selon le colonel Jean-Marc Régnier, commandant de la Base de défense de Nancy, de "l’intelligence collective mise en œuvre afin de renforcer la résilience des entreprises, des opérateurs d’importance vitale (OIV), des unités militaires et de institutions de la région". Le centre à vocation régionale s’appuiera également sur un partenariat avec un laboratoire de  Sarrebruck (Allemagne), le CISPA (Center for IT-security, privacy and accountability).

Une réserve de 25 experts en cyberattaque

Dans une première phase, le nouveau centre de cybersécurité de Nancy va constituer à partir de septembre 2018 une réserve opérationnelle de 25 personnes capables d’intervenir en cas de cyberattaque majeure. Une fois sélectionnés, ces experts devraient suivre des modules de formation réalisés conjointement par le CNAM (Conservatoire national des arts et métiers) et Telecom Nancy (Université de Lorraine). Issus de laboratoires de recherche, d’écoles d’ingénieurs ou d’entreprises spécialisées du Grand Est (Cyber-Detect, Tracip), ils participeront ensuite à des exercices d’entrainement sur la plateforme de simulation. Cette task-force aura enfin pour mission de former une réserve citoyennes de 400 personnes.

La santé et la finance

"Dans une seconde phase, le centre de cybersécurité se spécialisera sur des thématiques spécifiques au territoire que sont la santé et la finance", a indiqué Véronique Legrand, professeure titulaire de la chaire de sécurité informatique au CNAM. Le centre qui prendra ses quartiers dans la caserne Verneau-Blandan, voisine du campus pluridisciplinaire Artem, doit encore trouver sa forme juridique qui pourrait être celle d’un groupement d’intérêt public.

Ce projet témoigne de la volonté de la métropole de prendre une place de premier plan dans cette économie de l’innovation. En 2010, Nancy a d’ailleurs ouvert un des premiers laboratoires civils de haute sécurité informatique en France, le Laboratoire de haute sécurité (Université de Lorraine, CNRS, Inria). D’autres territoires se positionnent à l’instar de la "Cybersécurité valley" promue par les pouvoirs publics bretons. Cette stratégie s’est traduite par l’ouverture d’un centre Airbus CyberSecurity, le 27 juin 2018 à Rennes.
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale