Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Nanolike accélère le déploiement de ses nanocapteurs connectés dans l'agro-chimie

La start-up toulousaine Nanolike, basée à l’IOT Valley, a obtenu une bourse de 2 millions d’euros auprès de l’EIC Accelerator (European Innovation Council) pour accompagner le déploiement de ses solutions connectées dans la chaîne d'approvisionnement des industries agro-chimiques.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Nanolike accélère le déploiement de ses nanocapteurs connectés dans l'agro-chimie
Jean-Jacques Bois, directeur opérationnel de Nanolike, veut déployer à grande échelle une solution de suivi du niveau de remplissage des containers utilisés dans l’agro-chimie. © Nanolike

Depuis sa reprise en fin d'année 2018 par Gilbert Gagnaire, le fondateur et président d'EasyMile (navettes autonomes et électriques), Nanolike a décidé de recentrer ses activités de nano-capteurs autour du développement d'une solution globale de suivi du niveau de remplissage de containers et silos en direction des industries agro-chimiques. "Nous avions tendance à trop nous disperser dans le développement de solutions sur mesure pour des clients qui avaient ensuite du mal à passer du stade pilote à une phase plus industrielle", reconnaît Jean-Jacques Bois, co-fondateur de la start-up toulousaine et directeur opérationnel.

 

Une stratégie commerciale mieux ciblée qui s'avère aujourd'hui payante. Après le million d'euros injecté en 2018 par le nouvel actionnaire, la start-up vient de décrocher une bourse de 2 millions d'euros auprès de l’EIC Accelerator (European Innovation Council), le nouveau dispositif européen qui apporte des subventions aux PME innovantes à fort potentiel de croissance. "Ces 2 millions d'euros supplémentaires vont nous permettre d'accélérer nos projets de développement pour nous positionner d'ici deux ans comme un acteur majeur dans les solutions connectées dédiées à la chaîne d'approvisionnement de l'agro-chimie", souligne Jean-Jacques Bois. 

 

Assurer le suivi en temps réel du niveau de remplissage des containers

Grâce à sa technologies, Nanolike a mis au point des jauges de contraintes capables de percevoir les micro-déformations de l'ordre du micron et d'assurer un suivi précis et en temps réel du niveau de remplissage de containers destinés à l’approvisionnement en spécialités agro-chimiques. "Un système non intrusif, qui capte la pression exercée par le poids du contenu et mesure la déformation de la structure induite par le niveau de remplissage", insiste Jean-Jacques Bois.

 

Connecté à une solution globale de suivi des parcs de containers, baptisée "Ibsee", le système permet d'alerter les industriels sur le niveau de remplissage de leurs cuves et d'anticiper sur les prises de commandes. L'objectif de la société toulousaine est de se concentrer dans un premier temps sur le marché des IBC (Intermediate Bulk Container), les gros containers plastiques conçus pour le stockage et le transport de marchandises liquides.

 

Ouverture d'un bureau en Allemagne

Après avoir validé sa solution technologique sur plusieurs sites pilotes, en France et à l'international, auprès de premiers clients – parmi lesquels Gaches Chimie, Total, Iprona (Italie) ou Donauchem (République Tchèque) – la société se prépare à un déploiement à grande échelle. Elle vient notamment de signer un premier accord de partenariat avec un poids lourd du secteur : l'Américain Greif, numéro 3 mondial sur le marché des IBC. 200 premiers containers devraient être fournis pré-équipés de la solution Ibsee à un client allemand dès ce premier trimestre 2020. Pour accompagner ce marché et prospecter de nouveaux clients en Allemagne, Nanolike s'apprête à ouvrir un premier bureau commercial près de Munich.

 

D'autres accords commerciaux sont en négociations avancées, à la fois auprès de distributeurs de spécialités agro-chimiques et d'autres fabricants de containers. En parallèle, la start-up compte muscler ses équipes techniques et commerciales avec la création d'une dizaine d'emplois supplémentaires. L'ambition est de réaliser au moins 500 000 euros de chiffre d'affaires en 2020 et de passer le cap des 2 millions d'euros en 2021.

 

Créée en 2012 et implantée à Labège, dans l'agglomération toulousaine (Haute-Garonne), au cœur de l'Iot Valley, Nanolike emploie actuellement 12 salariés et a réalisé en 2019 un chiffre d'affaires d'un peu plus de 100 000 euros. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media