Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Navettes autonomes : EasyMile accélère en levant 14 millions d'euros auprès d'Alstom

Levée de fonds EasyMile est à l'origine de la navette électrique autonome EZ10. Celle-ci a déjà été déployée sur plus de 50 sites dans 14 pays à travers le monde et les minibus vont être testés dès lundi pour relier deux gares parisiennes. Grâce au soutien financier d'Alstom, la pépite toulousaine entend accélérer son déploiement commercial à l'international et renforcer sa R&D.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Alstom parie sur les navettes autonomes et injecte 14 millions d'euros dans EasyMile
Navettes autonomes : EasyMile accélère en levant 14 millions d'euros auprès d'Alstom © Metropolia UAS

Les pépites françaises de la conduite autonome ont le vent en poupe. Après la levée de fonds de 30 millions d'euros du lyonnais Navya auprès de Valeo et de Keolis, en octobre 2016, c'est au tour du Toulousain EasyMile de séduire des industriels. La start-up vient de boucler un tour de table de 14 millions d'euros auprès d'Alstom, qui siègera désormais à son conseil d'administration.

 

Fondée en juillet 2014, EasyMile a développé EZ10,  une navette électrique autonome. Ce minibus peut embarquer jusqu'à 12 passagers (six assis et six debout) et circuler à une vitesse maximale de 20 km/h. EZ10 a été conçue pour résoudre la problématique du dernier kilomètre. Les navettes électriques opèrent ainsi depuis une plate-forme de transport (comme une station de métro ou un terminus de bus) jusqu'à une destination finale, dans un quartier ou une zone limitée.

 

Des navettes testées sur 50 sites dans 14 pays

Grâce à sa technologie reposant sur le savoir-faire et les logiciels de robotique du français Robosoft, la jeune pousse a pu griller les étapes. Après un premier déploiement sur le campus de l'EPFL, en Suisse en avril 2015, l'EZ10 a été déployée sur plus de 50 sites dans 14 pays. Les navettes autonomes du Toulousain se sont ainsi mêlées à la circulation dans les rues d'Helsinki, l'été dernier.

 

"Dans le cadre de sa stratégie 2020, Alstom a décidé d'explorer des activités voisines, surtout dans le contexte de la digitalisation. À travers cet investissement, Alstom élargit ses connaissances dans les technologies sans conducteur et poursuit son développement dans le domaine, en pleine expansion, de la mobilité intelligente. Nous sommes confiants quant au succès de l'EZ10, qui a déjà été testée sous différents climats et dans différentes conditions" a déclaré Bruno Marguet, directeur de la stratégie chez Alstom.

 

Une liaison assurée entre la gare de Lyon et la gare d'Austerlitz

L'augmentation de capital doit permettre à la pépite toulousaine d'accélérer sa croissance et ses efforts en R&D. L'investissement significatif d'Alstom doit aussi permettre à EasyMile de bénéficier de son réseau pour étendre sa présence mondiale. Aujourd'hui, la jeune pousse compte 60 employés répartis à Toulouse, Singapour et Denver (Etats-Unis).

 

Le rapprochement des deux entreprises s'illustrera dès lundi prochain, le 23 janvier, à Paris. Des navettes électriques seront testées dans la capitale entre la gare d'Austerlitz et la gare de Lyon. D'autres tests sont également prévus dans les mois à venir pour la desserte du CEA à Saclay. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale