Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Nécrologie d'un haut lieu de la recherche en robotique de la Silicon Valley

De nombreux robots industriels sont basés sur le système d’exploitation en open source ROS, créé par le laboratoire Willow Garage, installé dans la Silicon Valley. Très prolifique pour un espace de recherche financé à 100% par des fonds privés, ce lieu d’émulation de la robotique créé en 2006 ferme ses portes cette année.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Nécrologie d'un haut lieu de la recherche en robotique de la Silicon Valley
Nécrologie d'un haut lieu de la recherche en robotique de la Silicon Valley © wikimedia commons

Willow Garage, fondé par l’ingénieur de logiciel de génie Scott Hassan, n’est pas, comme son nom l’indique pourtant, un garage. Ce lieu bouillonnant est un laboratoire de recherche privé sur la robotique, où ont travaillé les plus brillants ingénieurs du secteur depuis sa création, en 2006. Mais il faut désormais parler du Willow Garage à l’imparfait, souligne Businessweek. Cet espace de recherche a fermé ses portes en janvier. Son fondateur veut se consacrer à plein temps à la direction de Suitable Technologies, une jeune pousse parmi d’autres, issue du "terreau Willow".

Le laboratoire a été financé à 100% par Scott Hassan, qui a mis tous les ans 20 millions de dollars sur la table, pour permettre aux idées audacieuses de ses chercheurs de voir le jour. L’ingénieur était devenu millionnaire en 2000, en vendant à Yahoo! un logiciel qui permet à ses utilisateurs de gérer des mailing lists. Montant de la transaction : 413 millions de dollars. Il a ensuite placé une partie de cet argent dans Google, en échange de parts de l’entreprise. Il est exceptionnel dans la Silicon Valley qu’un laboratoire financé par des fonds privés soit si productif.

L’open source pour développer plus vite

L’un des projets les plus importants de Willow Garage a été le développement d’un logiciel open source, permettant de contrôler les fonctions basiques des robots sur lesquels il est installé. Baptisé ROS, ce système a été critiqué à ses débuts. L’open source présente un risque majeur, celui du vol de données privées, soulignait à l’époque Colin Angle, le PDG de IRobot, entreprise phare de la robotique grand public.

Mais ROS a fait des progrès très rapides, justement grâce à ce fonctionnement open source : les ingénieurs utilisaient les avancées accomplies par les autres chercheurs pour faire évoluer le logiciel. Il est devenu le système d’exploitation de base de nombreux robots vendus par des entreprises industrielles (Kuka, Rethink Robotic), mais a aussi été utilisé dans les universités, par les étudiants en robotique.

Spécialiste des robots humanoïdes

Willow Garage a également créé le PR2, un robot humanoïde, doté de bras et d’une tête. Même si chaque pièce coûtait la modique somme de 400 000 dollars, le laboratoire en a donné 11 à des groupes de recherche, pour qu’ils trouvent des utilisations nouvelles à la machine. "La mission de Willox était plus de construire un écosystème pour la robotique que de sortir des produits en série", analyse Dmitry Berenson, un professeur de robotique pour le Worcester Polytechnic Institute à Businessweek. De nombreuses applications ont été intérgrées à la machine, qui est même capable de jouer au billard, comme le montre la vidéo ci-dessous :

Le laboratoire a tout de même été à l’origine de la création de nombreuses start-up, comme Unbounded Robotics, qui vend depuis 2013 un robot capable de se déplacer seul dans l’espace grâce à un capteur 3D. La machine ne coûte que 35 000 dollars.

Lélia de Matharel

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale